Désidéologiser le débat sur les cliniques privées

mardi, 20.06.2017

Stéphane Gachet

L’entrée non-sollicitée du groupe de cliniques zurichois Hirslanden sur l’établissement biennois des Tilleuls, qui a provoqué le relèvement de l’offre initialement exclusive du groupe de cliniques fribourgeois Aevis (actionnaire de L’Agefi), rappelle qu’il y a une complémentarité de fait entre les soins publics et privés. Au-delà de l’idéologie, au-delà des débats de politique politicienne. Cette complémentarité tient tout à la fois dans la logique du maillage territorial que dans l’offre de soins spécialisés. La meilleure preuve est la volonté assumée des deux groupes de couvrir aussi largement que possible l’ensemble du territoire suisse et non de se concentrer sur les pôles de soins les plus dynamiques et les plus attractifs auprès de la clientèle privée, que peuvent être Genève et Zurich, par exemple. Dans le cas de la clinique des Tilleuls, l’enjeu est bien de tenir une position excentrée, au cœur du Mittelland. Et cette position intéresse les deux leaders de la branche en Suisse, Hirslanden et Aevis, les seuls groupes privés en réalité, à l’exception de certains regroupements très spécialisés.

Dans les faits, cette volonté de devenir un opérateur national présente toutes sortes d’avantages, pas seulement en termes de maillage territorial. Antoine Hubert, administrateur délégué et actionnaire de référence du groupe Aevis, l’a souvent rappelé dans nos colonnes, une couverture étendue à travers un maximum de cantons différents est indispensable pour pouvoir négocier avec les assureurs du pays. Il est moins certains en revanche que cela favorise vraiment le dialogue avec le politique. Le récent retrait de la clinique Beaulieu à Genève (Aevis) des listes cantonales en est un exemple.

La relance annoncée ce week-end sur les Tilleuls rappelle aussi que le secteur est engagé dans une consolidation que les débats idéologiques n’arriveront pas à entraver. En réalité, la santé en Suisse a toujours été très engagée sur la voie des soins privés. Le nombre importants d’établissements indépendants en témoignent. Le seul vrai changement en réalité est l’affirmation toujours plus visible d’une domination en configuration de duopole. Et les deux opérateurs leaders (Hirslanden N.1, Aevis N.2) ne  peuvent que renforcer leur position dans les années à venir, en raison des difficultés toujours plus importantes de trouver suffisamment de rentabilité sur cette activité sensible. page 6


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-06-20_mar_01


...