L’art de se tirer une balle dans le pied. Voire plusieurs

vendredi, 19.05.2017

Fathi Derder

Il y a quelque chose qui cloche, en Suisse. Nous choisissons, une par une, des mesures pénalisant notre prospérité. Au début des années 2010, le monde se débattait dans une crise économique majeure. La Suisse allait bien. Notre recette ? Un marché du travail flexible, une stabilité politique et fiscale, une politique migratoire pragmatique, et une formation de haut niveau. Mais ceci était trop beau. A Berne, des esprits inventifs se sont dits qu’il nous fallait quelques difficultés.

Ils ont d’abord tenté de congeler le marché du travail, en fixant des salaires minimaux ou maximaux. Objectif à moitié atteint. Enthousiastes, nos apprentis sorciers ont alors attaqué d’autres recettes du succès suisse. Dans l’ordre, la stabilité politique, la migration économique, et la stabilité fiscale. Et ce fut un carton plein. Nous avons instauré l’instabilité politique et fiscale, fait sauter le sens du consensus, interdit à nos entreprises d’embaucher des talents, et explosé nos relations avec l’Union européenne. Au passage, nous avons éjecté nos scientifiques des programmes de recherche internationaux.

On y était presque. Il fallait transformer l’essai. A l’aube d’une révolution digitale majeure, nous avons demandé à nos chercheurs de trouver des solutions. Et quand ils se mettent au travail, nous retirons leurs budgets. Ils devaient aider nos entreprises ? Tant pis. Nous les empêchons. Car nous y sommes, enfin : nous aurons la peau de la prospérité suisse.

Certains objecterons que j’exagère. Et que cette dernière mesure était nécessaire. Que les comptes de la confédération sont au rouge, et que  la dette explose. Soyons vigilants, je veux bien. A un détail près : ces dernières années, la Confédération a gagné des milliards. 25 milliards d’excédents de recettes dans un compte de compensation fantôme.

Nous serons bientôt en crise, donc. Nous aussi. Mais, on aura une consolation : on l’a voulu nous-même, et on a tout fait pour. Car on est passé maître dans un art. L’art de se tirer des balles dans le pied. En rafales.n


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-05-19_ven_01


...