Immigration: gouvernement, syndicats et employeurs unis contre l'initiative

lundi, 22.06.2020

Karin Keller-Sutter a lancé lundi la campagne sur la votation du 27 septembre entourée de représentants des syndicats et du patronat, tous opposés à l'initiative "pour une immigration modérée" de l'UDC.

Les entreprises ont besoin de stabilité, et non d'expérimentations risquées, a relevé Karin Keller-Sutter. (Keystone)

L'initiative "pour une immigration modérée" de l'UDC aurait de graves conséquences pour l'économie helvétique si elle était acceptée par le peuple. Il ne s'agit pas seulement de libre circulation des personnes, a expliqué lundi Karin Keller-Sutter devant la presse.

La conseillère fédérale a lancé la campagne sur la votation du 27 septembre lundi entourée de représentants des syndicats et du patronat, tous opposés au texte lancé par l'UDC et l'ASIN. C'est l'approche bilatérale entre la Suisse et l'Union européenne qui est en jeu.

Faisant partie des Bilatérales I, l'accord sur la libre circulation des personnes est étroitement lié à six autres accords entre les deux entités, a rappelé la ministre de la justice.

L'économie suisse est florissante grâce à la voie bilatérale. Avec la crise du coronavirus, il y a désormais un objectif commun: l'économie doit pouvoir se rétablir rapidement. Les entreprises ont besoin de stabilité, et non d'expérimentations risquées, a relevé Mme Keller-Sutter.

Le Conseil fédéral veut limiter l'immigration au strict minimum et il encourage et soutient par plusieurs mesures déjà, le potentiel que représente la main-d'oeuvre déjà en Suisse. Pour présenter le point de vue du Conseil fédéral, Karine Keller-Sutter était entourée de quatre représentants des partenaires sociaux.

Hans-Ulrich Bigler, directeur de l'Union suisse des arts et métiers a estimé qu'il était irresponsable de vouloir couper les PME d'un important bassin de recrutement de main-d'oeuvre spécialisée. Le conseiller national Pierre-Yves Maillard (PS/VD), président de l'Union syndicale suisse, a craint que l'objectif de l'initiative ne soit pas la limitation de l'immigration, mais la péjoration des conditions de travail et des salaires.

L'initiative "pour une immigration modérée", dite initiative de limitation, exige la fin de la libre circulation des personnes avec l'UE pour assurer la mise en oeuvre du texte contre l'immigration de masse, accepté en 2014 par le peuple. La votation initialement prévue le 17 mai a dû être reportée à cause de la pandémie de Covid-19. (awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...