Pétrole: les producteurs pourraient être amenés à reconduire la réduction de l'offre

jeudi, 20.04.2017

L'Opep et ses partenaires, comme la Russie, s'imposent depuis janvier des plafonds de production jusqu'à la fin du premier semestre afin de réduire le niveau des stocks.

L'Opep et ses partenaires, comme la Russie, s'imposent depuis janvier des plafonds de production jusqu'à la fin du premier semestre afin de réduire le niveau des stocks.

Le ministre saoudien de l'Energie a déclaré jeudi que les pays producteurs membres et non-membres de l'Opep "pourraient être amenés", lors d'une réunion en mai, à prolonger leur accord sur la réduction de l'offre afin de réduire le niveau des stocks.
"Nous pourrions être amenés à prolonger pour atteindre l'objectif (...) du niveau des stocks" dans les pays consommateurs, a déclaré Khaled al-Faleh lors d'un forum sur l'énergie à Abou Dhabi.

Il faisait allusion à l'accord en vertu duquel l'Opep et ses partenaires, comme la Russie, s'imposent depuis janvier des plafonds de production jusqu'à la fin du premier semestre.
Le ministre saoudien, dont le pays est le premier exportateur mondial de brut, a indiqué qu'il y avait une sorte d'"accord de principe" sur la nécessité de reconduire la réduction de l'offre après une réunion le mois dernier à Koweït du comité chargé de vérifier le respect des engagements pris.

Il a ajouté que l'évaluation des données du marché devrait continuer en avril et mai, avant que les pays engagés par l'accord ne prennent une décision finale lors de leur réunion prévue le 25 mai à Vienne.

"Il y a eu un haut niveau d'engagement au cours des trois premiers mois, mais malgré cela, nous n'avons pas atteint l'objectif" d'absorber la surabondance de pétrole, a-t-il dit.
Les pays de l'Opep et des producteurs non membres du cartel, dont la Russie, avaient décidé fin 2016 de réduire, durant les six premiers mois de cette année, leur offre de 1,8 million de barils par jour (mbj). Leur objectif était ainsi de soutenir les prix du brut qui avaient perdu près de la moitié de leur valeur à partir de la mi-2014. Les prix ont connu ces derniers mois une remontée et évoluent au-dessus de 50 dollars le baril.
Le ministre koweïtien du Pétrole Issam al-Marzooq a indiqué pour sa part qu'il y avait un engagement ""significatif" de la part des pays producteurs non-membres de l'Opep et a appelé à reconduire la réduction. "Il est important que nous acceptions de prolonger l'accord", a-t-il souligné lors du forum.

Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi sous l'effet d'achats à bon compte après avoir lourdement plongé à cause de chiffres jugés inquiétants sur l'offre américaine.
Vers 03h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai, prenait 32 cents à 50,76 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, prenait 40 cents à 53,33 dollars.(awp)


 

 


...