La nouvelle gouvernance face à la révolution industrielle 4.0

lundi, 15.07.2019

*Xavier Comtesse

Xavier Comtesse

Toute révolution implique une « nouvelle » gouvernance. Aujourd’hui, des outils digitaux sont à disposition. Encore faudrait-il les utiliser. Nous en proposons quelques-uns ci-dessous pour une discussion large car ces outils sont indispensables pour tous ceux qui ont en tâche le développement futur des territoires. Voici donc cette brève liste:

L’économie directe

Avec la digitalisation du commerce, de la production et des services (e-banking, shop on line, e-news, e-travel, etc.), le consom’acteur est devenu une composante incontournable de la création de la chaîne de valeur. Nous parlons désormais de consom’acteur pour désigner ce changement de paradigme.

Le savoir instantané

Wikipédia et Google ont bouleversé les rapports aux savoirs. Désor­mais, chacun se retrouve potentiellement producteur et consom­mateur de savoir. Les anciens détenteurs du savoir (universités, éditeurs…) doivent composer avec un soudain renversement du savoir entamé par les gens ordinaires.

L’information par tous

Le monopole de l’information anciennement réservé aux médias centra­lisateurs a éclaté. Internet, les blogs, le téléphone mobile, la vidéo caméra incorporée ont bouleversé le champ de l’information professionnelle. Tout le monde peut se prétendre aujourd’hui «grand reporter».

La connexion permanente

Qu’elle soit par fil (coaxiale, fibre optique) ou sans fil (Wifi, WIMax, UMTS, satellite), la connexion devient permanente et à haut débit. Textes, images et vidéos sont accessibles par tous en tout temps et tout lieu. Il n’existe plus de séparation entre mobilité physique et connexion virtuelle.

La carte et le territoire

La représentation a pris le dessus sur le réel. Google Maps est en quelque sorte le nouveau territoire. Le GPS donne des contours des villes en indiquant les itinéraires à suivre. La digitalisation de la cité crée de nouveaux parcours.

L’expérience digitale

Des lieux digitaux se dispersent de plus en plus dans les zones urbaines. De l’Internet café au «digital wall» (sorte de portail ouvert sur le monde, du «Genius Bar» d’Apple au «creative corner» des technopôles, la ville débouchera sur l’expérimentation digitale en temps réel.

Les techno-squares

À l’image de ce qui se passe déjà à Boston, la technologie va envahir les squares comme lieu privilégié des transferts de connaissances et de compétences. Longtemps cantonnées dans les technoparcs, la science et la technique vont déborder sur les lieux publics comme les places ou les cafés qui serviront de lieux d’animation et d’échange. La technologie va prendre de la place dans les discussions du café du commerce!

Les nouveaux services du savoir

La digitalisation accrue des services va inventer de nouveaux services d’aide à l’acquisition et à la diffusion des savoirs. Le livre digital sera à disposition partout dans la cité. Il sera interactif, commenté et utilisable comme un instrument de communication en temps réel. Plus un livre sera consulté, plus il bénéficiera de libres commentaires, de vifs arguments et de nombreux ajouts et rectifications des lecteurs. Cette participation à l’accroissement de la connaissance sera réalisée sur une base volontaire à l’image de Wikipédia aujourd’hui.

L’avenir de la gouvernance digitale

Cette courte description devrait pouvoir alimenter un débat qui n’a pas encore eu vraiment lieu dans notre pays. Bien que l’initiative «DigitalSwitzerland» essaie de porter cette question du numérique… elle reste cantonnée au milieu des médias et ni l’industrie, ni la gouvernance des territoires n’y sont suffisamment associés.

* Mathématicien





 
 

...