Dette privée: alternative attrayante

lundi, 27.05.2019

Sandrine Richard*

A la question «la dette privée est-elle utile?», la réponse par l’affirmative est de plus en communément partagée. Pour des raisons économiques et réglementaires, les banques ne suffisent plus à financer l’économie mondiale et son développement. Fort de ce postulat, la question suivante est «Pour qui la dette privée est-elle utile»?

Tout d’abord, qu’est-ce que la dette privée? La «dette privée» est une dette avec deux particularités singulières, l’une est l’absence de cotation de cette dette engendrant une certaine, voire totale, illiquidité de cet instrument financier et l’autre, la confidentialité des caractéristiques de cette dette, réservée aux émetteurs et créanciers attachés à cet instrument financier. A noter que les banques, les assurances et les fonds de dettes privées, principaux créanciers de ce type d’instrument, sont des établissements ou des véhicules régulés par des autorités de tutelle, éloignant le risque d’association au «shadow banking».

La dette privée peut être émise par une grande variété de profils d’émetteurs. Les segments d’investissement souvent identifiés sont les financements de l’infrastructure, de l’immobilier, de leveraged-buy-out, et d’entreprises n’ayant pas de fonds de private equity comme actionnaire (dit «sponsorless»). D’autres profils existent, tels que le financement de collectivités, de bateaux ou d’avions. Les instruments de dettes privées sont également multiples et reflètent un profil de risque spécifique.

La dette unitranche, par exemple, a connu un fort développement depuis quelques années et représente près de 50% des instruments dette privées utilisées en Europe, selon Debtwire («European direct lending Perspectives», 2018). La dette unitranche est une dette «senior» qui vise à rassembler sous un seul instrument les financements usuellement proposés sous différentes tranches.

Les entreprises ont-elles un intérêt à envisager un financement par dette privée?

Selon la dernière étude Debtwire, qui a interrogé une centaine d’acteurs de la dette privée, la région présentant la plus grande opportunité de croissance en 2019 est la région DACH, couvrant l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse: 31% versus 24% pour l‘Europe du Sud, 18% pour le Royaume-Uni, et 11% pour la France et l’Europe du Nord respectivement.

Aujourd’hui, une entreprise, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME), recherchant un financement considère de plus en plus un financement complémentaire ou alternatif à sa banque traditionnelle. Les prêts bancaires aux entreprises diminuent en raison des exigences réglementaires telles que Bâle III. Les PME européennes en particulier, en raison notamment du traitement moins favorable de la charge en capital sous solvabilité II ou de besoins de financement plus spécifiques, comme par exemple, une dette «in fine» et à maturité plus longue, ressentent l'impact des politiques de prêt plus restrictives des banques. 

Ces entreprises sont de plus en plus à la recherche d'autres options de financement. Cela nécessite des partenaires financiers fiables qui peuvent fournir les capitaux nécessaires aux PME européennes sur le long terme. En Europe, les fonds de dette privée ont levé 22 milliards de dollars en 2018 selon l’étude de Deloitte («Direct Lending on a path to disruption with gorilla deals», 2019). Le contexte est donc particulièrement favorable pour les entreprises recherchant ce type de financement. 

Outre cette liquidité abondante, les entreprises y voient plusieurs avantages: une diversification du financement, l’accès au financement avec une maturité plus longue que la dette bancaire et sans amortissement, compensant des coûts d’intérêts supérieurs, une faible risque d’exécution, un financement sur-mesure (durée, conditions, taille). D’ailleurs des «premiers pas» dans la communauté des investisseurs institutionnels, un coût global de la transaction à mettre en parallèle avec les frais annexes des banques (side business), la connaissance des investisseurs et partenaires de long terme: les deux parties (prêteurs et emprunteurs) décident de faire équipe et confidentialité. 

Par ailleurs, à l’instar des fonds de private equity, les fonds de dette privée peuvent soutenir les efforts d’intégration des indicateurs ESG par les entreprises financées. A titre d’illustration, des sociétés de gestion travaillent sur le lancement d’une stratégie visant à financer des entreprises européennes de taille moyenne souhaitant améliorer leur profil ESG tout au long de la vie du prêt.

Quels sont les avantages possibles d’une telle stratégie pour les investisseurs? 

En approvisionnant les fournisseurs de financement alternatifs, ce segment de marché offre aux investisseurs des opportunités d'investissement intéressantes en période de faibles taux d'intérêt, caractérisés par une sélection rigoureuse des investissements, des rendements stables et de faibles fluctuations de prix. En raison du manque de liquidité, les investisseurs reçoivent une prime d'illiquidité par rapport aux obligations cotées de sociétés. Et aussi une protection naturelle contre l’inflation si les dettes émises sont à taux variable. Dans le cadre d’investissement en dette privée émise par des PME, la dette privée peut contribuer à la diversification du portefeuille de l’investisseur car le nombre de prêteurs est plus restreint compte tenu des montants levés plus modestes. 

Bien entendu, dans le cadre de la sélection des fonds de dette privée, il conviendra d’apporter une attention particulière sur la cohérence de la stratégie d’investissement avec le rendement/risque recherché par l’investisseur. Compte tenu du caractère illiquide de ces stratégies, il nous semble également important d’apprécier les ressources et moyens de l’équipe d’investissement pour rechercher, réaliser et suivre les investissements.

Les investisseurs devraient choisir des professionnels chevronnés pour investir dans ce secteur parce que le processus d’analyse des titres de la dette privée, en amont de la décision d’investissement et la mise en place de l’instrument incluant la contribution aux contrats juridiques de la dette privée envisagée est plus complexe que les placements à aux obligations traditionnels et ont une liquidité limitée. 

La présence d’équipe locale d’investissement en dette privée permettant d’avoir une connaissance de la culture d'entreprise locale, de la langue et du système juridique du pays est un atout supplémentaire pour trouver, analyser et être sélectionnée pour la mise en place d’un investissement. Cela permet aux prêteurs non seulement d'avoir des relations plus étroites avec les emprunteurs, mais aussi de mieux appréhender leur écosystème et de soutenir leur développement.

Quel soutien apporté par les autorités?

Depuis ces dernières années, les autorités de tutelle en Europe soutiennent ces initiatives et contribuent activement à leur développement dans un cadre réglementaire établi. Ainsi Messieurs Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, et Jens Weidmann, président de la Banque Centrale Allemande, rappelaient dans un article récent sur l’Union des Marchés de Capitaux, la nécessité d’orienter l’excès de l’épargne sur l’investissement estimé à 340 milliards d’euros en 2018 vers les besoins d’investissements des PME notamment. Ils soulignent également l’intérêt d’une diversification des sources de financement des entreprises en Europe pour mieux répartir «l’impact d’un choc économique» éventuel. 

Selon nous, la dette privée est une classe d’actifs appelée à durer, répondant à la fois aux besoins des emprunteurs et des investisseurs.

* Responsable dette privée France & co-responsable de la dette privée pan-européenne, Muzinich & Co





 
 



...