Les marchés prennent l’éventualité d’un Brexit dur très au sérieux

dimanche, 20.01.2019

Rares sont les investisseurs estimant que Theresa May parviendra à présenter ou faire accepter un plan B au Parlement la semaine prochaine.

Levi-Sergio Mutemba

Suite au rejet de l’accord de transition entourant le Brexit et à une semaine d’un nouveau vote au Parlement britannique, les investisseurs n’excluent plus une sortie dure du Royaume-Uni de l’Union Européenne (UE). Ce scénario n’est toujours pas central, mais l’intensification des incertitudes suffit à semer le doute.

L’accord de transition négocié entre la première ministre Theresa May et la Commission européenne prévoit une sortie à compter du 30 mars 2019, assorti d’une période de 21 mois (jusqu’au 31 décembre 2020) de négociations commerciales, durant laquelle le Royaume-Uni continuerait d’honorer ses engagements vis-à-vis de l’UE, tout en continuant de jouir de l’accès aux fonds structurels du marché unique, tels que ceux mis en place par la politique agricole commune. Ce qui se traduit par un règlement financier de 40-45 milliards d’euros pour les Britanniques.

Rien qui puisse débloquer la situation

L’accord a fait l’objet d’un vif rejet lors d’un vote au Parlement la semaine dernière, aussi bien de la part de l’ensemble des travaillistes que de la moitié des députés du parti conservateur de la première ministre. Celle-ci cherche désormais à rallier des membres de l’opposition et présenter un accord retouché, lundi prochain au Parlement. Autant dire que les marchés sont sceptiques.

Pour Mark Dowding, Directeur des Marchés Développés chez BlueBay Asset Management (BlueBlay AM), la situation au Royaume-Uni n’est pas loin de la «pagaille», le Brexit faisant «la risée des investisseurs internationaux». Selon lui, il y a «peu de chances que les travaillistes soient disposés à sauver la première ministre, dès lors que le parti conservateur semble se diriger tout seul vers l’autodestruction».

Bien que les investisseurs ne désirent pas mieux qu’un Brexit ordonné, «le flou demeure quant à la façon dont les choses peuvent se débloquer», poursuit Mark Dowding. Qui ajoute qu’il va peut-être falloir la manifestation d’une «menace réelle» d’une sortie dure, afin de créer la dynamique nécessaire à la conclusion d’un compromis.

La livre pourrait s’orienter à la hausse

«L’attention reste centrée sur la livre sterling, même suite à la récente atténuation des risques liés au Brexit», observent les tacticiens du marché des changes de Morgan Stanley, dans leur FX Morning publié vendredi. Pour qui la devise britannique pourrait s’orienter à la hausse, au moins à court terme. Morgan Stanley semble accorder une certaine importance aux propos tenus par un porte-parole de Theresa May, confirmant que les tractations avec l’opposition seraient sur la bonne voie.

«Jeremy Corbyn, le chef de l’opposition, a affirmé de son côté qu’un second référendum sur le Brexit demeurait une option», soulignent les stratégistes forex de Morgan Stanley. «Les leaders européens, confrontés à une économie affaiblie, peuvent avoir un intérêt marqué à prévenir une récession provoquée par un Brexit. Les probabilités d’une séquence d’informations positives pour la livre sterling ont augmenté, poussant la livre vers le haut.»

«Nous ne pensons pas que l’UE reculera sur les aspects les plus controversés de l’accord, tels que le filet de sécurité, du moins de façon suffisante pour faire accepter l’accord par les partisans les plus extrêmes du Brexit», estiment Stephanie Kelly, spécialiste d’économie politique chez Aberdeen Standard Investments. Selon elle, même si l’UE se montrait conciliante, les partisans du maintien du Royaume-Uni au sein du marché unique pourraient préférer un scénario où il n’y aurait pas d’accord du tout.

NN Investment Partners (NN IP) doute pour sa part que Theresa May ne dispose de suffisamment de temps pour présenter une alternative susceptible d’être favorablement accueillie. D’où la volatilité des actifs sensibles au Brexit, tels que les actions britanniques à fort biais domestique. NN IP note en outre que les investisseurs ne sont toujours pas sous-pondérés sur les actions anglaises. De sorte qu’il existe toujours une marge de pertes supplémentaires importante en cas d’intensification des incertitudes et de la volatilité.





 
 
 

Edmond de Rothschild décoté de la Bourse suisse

Lundi, 19 août 2019

Les titres de la banque privée suisse Edmond de Rothschild vont être décotés de la Bourse le 27 août prochain.

Les titres Edmond de Rothschild (Suisse) seront décotés le 27 août de la Bourse suisse, au terme de l'offre publique de rachat de cette dernière par le groupe bancaire Edmond de Rothschild Holding. Le dernier jour de négoce des actions au...

Rolex rachète à Patek Philippe un bâtiment industriel genevois

Jeudi, 15 août 2019

Le géant de l'horlogerie du luxe Rolex a racheté à Patek Philippe un bâtiment industriel à Perly-Certoux, près de Genève pour 27 millions de francs.

Rolex rachète à Patek Philippe un bâtiment industriel à Perly-Certoux, près de Genève, pour 27 millions de francs, annonce la Tribune de Genève jeudi sur son site internet. L'immeuble s'étend...

La banque genevoise Bic-Bred poursuit sa croissance dans le financement du négoce

Jeudi, 15 août 2019 // Matteo Ianni

La banque genevoise Bic-Bred enregistre de bons résultats semestriels. Les produits d’exploitation s’élèvent en effet à 8,5 millions, en hausse de 21%. Ils sont soutenus notamment par l’expansion du portefeuille de clients.

Créée en août 2015 à Genève, la banque Bic-Bred a pour particularité de performer dans le financement du négoce, alors...

Des chercheurs de l'EPFZ impriment des valves cardiaques en 3D

Mardi, 23 juillet 2019

Les premières valves cardiaques en silicone ont été créées. Il faudra attendre 10 ans avant de les utiliser.

Des chercheurs de l'EPFZ et de l'entreprise sud-africaine SAT ont créé des valves cardiaques en silicone avec une imprimante 3D. Relativement bon marché et pouvant être conçues sur mesure, elles ne seront toutefois pas utilisées...

Nouvelle loi sur les faillites: données personnelles oubliées

Mardi, 9 juillet 2019 // Maude Bonvin

La nouvelle législation sur les faillites donne trop de pouvoir aux fournisseurs d’accès au cloud.

C’est une révision de loi qui est passée quasiment inaperçue mais qui pourrait avoir de grandes conséquences sur nos données personnelles et celles des entreprises. Le Conseil fédéral veut, en effet, davantage réglementer le cloud. Actuellement,...

Les solutions de tri sélectif de Greenoffice conquièrent les bureaux tout autour du globe

Mardi, 9 juillet 2019 // Sophie Marenne

L’entreprise française Greenoffice a construit sa stratégie d’expansion internationale en s’appuyant sur la Suisse. Après Genève, Bâle et Zurich, elle vient de s’implanter à Lausanne.

Greenoffice a réussi à transformer un objet jusqu’alors dissimulé en un élément de décor tendance: la poubelle. Orientée grands comptes, la...

Décès de Valérie Boagno, ancienne directrice du Temps

Lundi, 8 juillet 2019

Valérie Boagno, qui a dirigé le Temps de 2010 à 2014, est décédée vendredi à l'âge de 54 ans.

Ancienne directrice du Temps, Valérie Boagno est décédée vendredi dernier à l'âge de 54 ans des suites d'une maladie. Elle avait dirigé le quotidien de 2010 à 2014, rappelle lundi le journal en lui rendant hommage. "Elle laissera l'image d'une...

Vers un retour de Bank of China à Genève

Lundi, 8 juillet 2019 // Elsa Floret

De retour de Pékin, le conseiller d'Etat en charge de l'économie, Pierre Maudet annonce notamment un partenariat avec une plateforme d’innovation et l'imminente implantation de Bank of China à Genève.

S’il reste difficile de quantifier arithmétiquement les dividendes commerciaux réels des déplacements comme ceux de cette délégation économique...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...