Les pays émergents, à nouveau locomotive de la croissance mondiale?

jeudi, 23.05.2019

La stabilisation de l’économie chinoise et une politique monétaire accommodante ravivent l’intérêt des investisseurs pour ces marchés.

Josipa Markovic*

La croissance dans les pays émergents n’est pas seulement une conséquence de leur puissance économique, mais dépend aussi fortement de facteurs macro-économiques internationaux, comme l’évolution du dollar, les taux directeurs de la Réserve fédérale américaine et la situation géopolitique. Dans l’environnement actuel, les pays émergents ont-ils le potentiel pour devenir à nouveau la locomotive de la croissance mondiale?

Un contexte extérieur nettement favorable

Après un exercice 2018 très compliquée pour les pays émergents, le contexte extérieur s’est nettement amélioré depuis le début de cette année. La Réserve fédérale américaine (Fed) se détourne d’un durcissement de sa politique monétaire et adopte un ton nettement plus mesuré.

Cet assouplissement, couplé aux taux d’inflation des pays émergents, qui évoluent principalement dans la fourchette cible fixée par les banques centrales (à l’exception de la Turquie ainis que de l’Argentine) permet aux pays émergents d’assouplir à leur tour leur politique monétaire et d’annuler une partie des hausses de taux pratiquées l’année dernière. A son tour, cette tactique devrait stimuler la conjoncture.

La bonne surprise de l’économie chinoise

En Chine, le plus grand marché émergent de la planète, les premiers indicateurs pointent une stabilisation du ralentissement de l’économie. Au premier trimestre 2019, le produit intérieur brut chinois a gagné 6,4% par rapport à l’année précédente, dépassant les prévisions de nombreux analystes. En mars et pour la première fois en quatre mois, l’indice des directeurs d’achat dans l’industrie (Purchasing Managers Index, PMI) est repassé au-dessus du seuil de croissance des 50 points. Ce rétablissement a entraîné les PMI d’autres pays émergents dans son sillage, notamment ceux de l’espace asiatique. Ainsi, pour la première fois depuis l’exercice 2013, le PMI agrégé des marchés émergents dépasse celui des pays industrialisés.

Le Fonds monétaire international prévoit donc un ralentissement de la croissance économique pour l’exercice 2019 à 1,8% dans les pays industrialisés, tandis que du côté des pays émergents asiatiques, elle est attendue à 6,3%.

Une stabilisation plutôt qu’une reprise

Enfin, une stabilisation de l’économie chinoise devrait stimuler la croissance d’autres pays qui lui sont liés par le commerce. Toutefois, le plan de relance des autorités chinoises ne se traduit pas encore dans les données économiques réelles de ses partenaires commerciaux. C’est un signe que les mesures actuelles auront des effets moins marqués sur la conjoncture d’autres économies. Contrairement au plan de relance déployé lors de la dernière grande crise financière de 2008/2009, le dernier adopté par Pékin est bien plus modéré, ciblé et tourné vers la consommation intérieure. Certes, cette forme de stimulation devrait avoir un effet positif au cours du second semestre sur d’autres économies, mais elle servira plutôt une stabilisation qu’une reprise conjoncturelle franche.

Le conflit commercial, facteur de risque majeur

Les tensions ravivées dans le conflit commercial opposant les Etats-Unis à la Chine constituent le facteur de risque le plus important. On peut espérer que le récent relèvement des tarifs douaniers de 10% à 25% sur les produits chinois, d’une valeur de 200 milliards de dollars, ainsi que la menace de les étendre à la quasi-totalité des importations chinoises, à hauteur d’environ 500 milliards de dollars, ne constituent qu’une tactique de négociation de la part du président américain, visant à mettre une forte pression sur la Chine et à parvenir en fin de compte à un accord de sortie de crise plus favorable.

Cela étant, une escalade des tarifs douaniers et une rupture des négociations entre les deux premières puissances commerciales mondiales ne sont pas à exclure à l’heure actuelle. Une telle évolution aurait des conséquences négatives directes sur l’économie d’exportation chinoise. Parallèlement, le conflit est source d’incertitude chez les investisseurs et restreint le volume d’investissement. Cette réalité peut potentiellement ralentir la croissance, non seulement en Chine et dans les pays émergents, mais aussi la conjoncture mondiale, dont la dynamique est déjà faible sans cela.

* Economist Emerging Markets, Swiss Life Asset Managers





 
 
 

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

Les start-up vaudoises élues meilleures de Suisse

Mercredi, 4 septembre 2019 // Matteo Ianni

Flyability et Lunaphore terminent respectivement à la première et deuxième place du classement des 100 meilleures start-up nationales. Le dernier succès romand au Swiss Start-up Award remontait à 2016. Parmi les dix premiers, Vaud est représenté quatre fois.

Chaque année depuis neuf ans, le classement des 100 start-up les plus prometteuses de Suisse...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...