Chine: la croissance attendue à son plus faible niveau en près de 30 ans

vendredi, 18.01.2019

La croissance chinoise, en phase de décélération, devrait avoir atteint son plus faible niveau en près de trois décennies en 2018, une année marquée par un déclin de la demande intérieure, ainsi que des conflits commerciaux.

Ces derniers mois, tous les signes pointent vers une morosité économique en Chine.(Keystone)

D'après la prévision médiane de 13 analystes interrogés par l'AFP, le produit intérieur brut de la Chine devrait avoir augmenté de 6,6% en 2018, un taux supérieur de 0,1 point de pourcentage à l'objectif du gouvernement.

Cette croissance annuelle, bien que proche de celle de 2016 (+6,7%), est la plus faible depuis la très mauvaise année 1990 (+3,9%) à laquelle avaient ensuite succédé des années de croissance ronflante, à deux chiffres ou quasiment.

En outre, selon ces analystes, sur la période septembre-décembre, cette hausse n'a été que de 6,4%, confirmant un ralentissement continu au fil des trimestres pour arriver au niveau du premier trimestre 2009, alors que l'économie était affectée par la crise financière internationale.

Mais "la Chine n'est plus dans sa période des Trente Glorieuses. Les 9, 10% ou plus de croissance, c'est fini", commente Jean-François Huchet, professeur d'économie à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) à Paris.

"Aujourd'hui on est revenu vers plus de normalité, un PIB en hausse de 6 ou 7%. On sait qu'il y a un ralentissement économique et tout concourt pour qu'on soit en-dessous de 5%", ajoute-t-il.

"La productivité baisse, il y a les querelles avec les États-Unis, la nécessité de faire évoluer les services et baisser les investissements. Même la courbe démographique n'est plus ce qu'elle était et a un impact négatif sur la croissance", énumère-t-il.

'Épée de Damoclès'

Si la guerre commerciale sino-américaine a été un élément marquant de l'année écoulée, entamant notamment la confiance des marchés, elle semble n'avoir mordu qu'en fin d'année sur l'économie chinoise.

Certains exportateurs, anticipant l'entrée en vigueur en 2019 de nouvelles hausses de droits de douane aux États-Unis, ont accéléré leurs expéditions, et le coût des premières surtaxes imposées par Washington a pu être absorbé par un taux de change favorable. La monnaie chinoise s'est dépréciée de quelque 5,6% face au dollar l'année dernière, selon Société Générale.

Mais pour l'économiste de Rabo Bank, Björn Giesbergen, cette guerre commerciale reste "une grande épée de Damoclès pour l'économie chinoise", dont les exportations sont un des piliers. Et "son impact n'est vraiment visible que dans les tout derniers mois de 2018".
En décembre, les exportations chinoises, exprimées en dollars, ont reculé de 4,4%.

Doper la consommation

Mais, surtout, les importations du géant asiatique ont chuté de 7,6%, signe d'une demande intérieure qui faiblit.

Ces derniers mois, tous les signes pointent vers cette morosité: prix à la sortie des usines qui freinent, carnets de commande et ventes de détail en baisse, chute historique des ventes de voitures...

Björn Giesbergen voit deux facteurs ayant "exercé une pression à la baisse sur la croissance": les mesures adoptées début 2018 "pour réduire la croissance excessive du crédit et les investissements".

Un point de vue partagé par les économistes de Fitch Ratings, pour qui "le ralentissement reflète principalement l'impact tardif des précédentes mesures de restriction du crédit. La pression exercée sur la +finance de l'ombre+ (non régulée, NDLR) a eu un impact particulièrement lourd sur les investissements dans les infrastructures".

Ces mesures devaient appuyer notamment les efforts de rééquilibrage de l'économie, l'orienter davantage vers la consommation, les services et les technologies et faire baisser le colossal endettement du pays. La dette privée et publique a explosé après le grand plan de relance de l'économie lancé à l'automne 2008 et dépasse aujourd'hui les 250% du PIB.

Toutefois, les autorités chinoises ont desserré l'étau dans la deuxième moitié de 2018 pour restimuler l'activité. Le taux de réserves obligatoires des banques a notamment été réduit à quatre reprises, pour encourager le crédit, et une série de baisses d'impôts décidée.

Car la priorité reste une économie stable, qui fluctue certes, mais "dans une fourchette raisonnable", a indiqué cette semaine le Premier ministre Li Keqiang.(awp)





 
 
 

Edmond de Rothschild décoté de la Bourse suisse

Lundi, 19 août 2019

Les titres de la banque privée suisse Edmond de Rothschild vont être décotés de la Bourse le 27 août prochain.

Les titres Edmond de Rothschild (Suisse) seront décotés le 27 août de la Bourse suisse, au terme de l'offre publique de rachat de cette dernière par le groupe bancaire Edmond de Rothschild Holding. Le dernier jour de négoce des actions au...

Rolex rachète à Patek Philippe un bâtiment industriel genevois

Jeudi, 15 août 2019

Le géant de l'horlogerie du luxe Rolex a racheté à Patek Philippe un bâtiment industriel à Perly-Certoux, près de Genève pour 27 millions de francs.

Rolex rachète à Patek Philippe un bâtiment industriel à Perly-Certoux, près de Genève, pour 27 millions de francs, annonce la Tribune de Genève jeudi sur son site internet. L'immeuble s'étend...

La banque genevoise Bic-Bred poursuit sa croissance dans le financement du négoce

Jeudi, 15 août 2019 // Matteo Ianni

La banque genevoise Bic-Bred enregistre de bons résultats semestriels. Les produits d’exploitation s’élèvent en effet à 8,5 millions, en hausse de 21%. Ils sont soutenus notamment par l’expansion du portefeuille de clients.

Créée en août 2015 à Genève, la banque Bic-Bred a pour particularité de performer dans le financement du négoce, alors...

Des chercheurs de l'EPFZ impriment des valves cardiaques en 3D

Mardi, 23 juillet 2019

Les premières valves cardiaques en silicone ont été créées. Il faudra attendre 10 ans avant de les utiliser.

Des chercheurs de l'EPFZ et de l'entreprise sud-africaine SAT ont créé des valves cardiaques en silicone avec une imprimante 3D. Relativement bon marché et pouvant être conçues sur mesure, elles ne seront toutefois pas utilisées...

Nouvelle loi sur les faillites: données personnelles oubliées

Mardi, 9 juillet 2019 // Maude Bonvin

La nouvelle législation sur les faillites donne trop de pouvoir aux fournisseurs d’accès au cloud.

C’est une révision de loi qui est passée quasiment inaperçue mais qui pourrait avoir de grandes conséquences sur nos données personnelles et celles des entreprises. Le Conseil fédéral veut, en effet, davantage réglementer le cloud. Actuellement,...

Les solutions de tri sélectif de Greenoffice conquièrent les bureaux tout autour du globe

Mardi, 9 juillet 2019 // Sophie Marenne

L’entreprise française Greenoffice a construit sa stratégie d’expansion internationale en s’appuyant sur la Suisse. Après Genève, Bâle et Zurich, elle vient de s’implanter à Lausanne.

Greenoffice a réussi à transformer un objet jusqu’alors dissimulé en un élément de décor tendance: la poubelle. Orientée grands comptes, la...

Décès de Valérie Boagno, ancienne directrice du Temps

Lundi, 8 juillet 2019

Valérie Boagno, qui a dirigé le Temps de 2010 à 2014, est décédée vendredi à l'âge de 54 ans.

Ancienne directrice du Temps, Valérie Boagno est décédée vendredi dernier à l'âge de 54 ans des suites d'une maladie. Elle avait dirigé le quotidien de 2010 à 2014, rappelle lundi le journal en lui rendant hommage. "Elle laissera l'image d'une...

Vers un retour de Bank of China à Genève

Lundi, 8 juillet 2019 // Elsa Floret

De retour de Pékin, le conseiller d'Etat en charge de l'économie, Pierre Maudet annonce notamment un partenariat avec une plateforme d’innovation et l'imminente implantation de Bank of China à Genève.

S’il reste difficile de quantifier arithmétiquement les dividendes commerciaux réels des déplacements comme ceux de cette délégation économique...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...