Quand la seule parole des directeurs ne suffit pas

mardi, 04.06.2019

Actionnariat actif. Le dialogue entre investisseurs et dirigeants d’entreprise est crucial, mais comment surmonter le manque d’informations?

Levi-Sergio Mutemba

Au 3 juin 2019, l’action du gérant d’actifs suisse GAM Holding a été divisée par près de quatre au cours de l’année écoulée. Laissant ses investisseurs pour le moins perplexes. La chute boursière fait suite à la découverte de ce que la direction de l’asset manager a qualifié de pratiques relevant d’une «mauvaise conduite» de la part de l’un de ses gérants obligataires les plus en vue, en charge de la supervision de plus de 11 milliards de francs d’actifs.

L’une des leçons que le déroulement progressif de cette saga financière a fini par nous enseigner est que la mauvaise gouvernance, en soi, n’était pas le facteur le plus déterminant. Ce qui s’est soldé par un scandale était en réalité le fruit d’une mauvaise communication entre la direction de GAM Holding et ses investisseurs. Ou le manque d’accès de ces derniers aux pratiques d’investissement propres au manager du fonds.

Nul doute que cette affaire aura incité bon nombre d’investisseurs, en particulier les actionnaires, à se montrer plus vigilants dans leur processus de diligence lorsqu’il s’agit d’investir dans une entreprise, une des dimensions les plus critiques du concept «Gouvernance» contenu dans le concept général d’ESG. «Nous considérons l’actionnariat actif comme une puissante force de promotion des meilleures politiques et pratiques», nous explique Nicolas Huber, Head of Corporate Governance chez DWS (division asset management de Deutsche Bank).

«Le dialogue avec les investisseurs est particulièrement important, non seulement afin de pouvoir élaborer des attentes clés en termes de gouvernance, mais également de pouvoir obtenir une meilleure compréhension des structures de gouvernance des entreprises et de leurs stratégies», poursuit Nicolas Huber. Qui explique que cette condition est essentielle si les investisseurs entendent prendre les décisions d’investissement les mieux informées et formuler de meilleures évaluations.

La tâche n’est cependant pas aisée. Car même si le régulateur impose certaines règles bien définies liées à la publication d’informations sur l’impact de l’activité des entreprises dans l’environnement ainsi que la société, celles-ci sont relativement aisées à contourner. La perspicacité des investisseurs prend ainsi toute son importance. Et celle-ci repose largement sur des informations externes à celles que l’entreprise cible veut bien fournir.

Combiner données internes et externes

Nicolas Huber précise que l’analyse ESG de DWS se base sur plusieurs sources, en plus des données publiées par les entreprises. Son outil d’analyse propriétaire (l’ESG Engine) combine notamment les notations ESG à des travaux de recherche externes. «Toutes ces informations alimentent notre processus de due diligence, couvrant des aspects aussi divers que la composition des comités de direction et des conseils d’administration, les pratiques de rémunération, les des données d’auditeurs externes, la structure du capital, ainsi que le traitement des droits des actionnaires», précise Nicolas Huber.





 
 
 

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

Les start-up vaudoises élues meilleures de Suisse

Mercredi, 4 septembre 2019 // Matteo Ianni

Flyability et Lunaphore terminent respectivement à la première et deuxième place du classement des 100 meilleures start-up nationales. Le dernier succès romand au Swiss Start-up Award remontait à 2016. Parmi les dix premiers, Vaud est représenté quatre fois.

Chaque année depuis neuf ans, le classement des 100 start-up les plus prometteuses de Suisse...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...