Le coronavirus fait décoller les ventes de Farmy

lundi, 06.07.2020

Les ventes du marché en ligne Farmy ont augmenté de 160% au premier semestre par rapport à l'année précédente en raison de la crise du coronavirus. Un coup d’accélérateur bienvenu pour le troisième plus grand magasin d’alimentation en ligne de Suisse.

Marine Humbert

Farmy, qui emploie 123 personnes, a été fondée en tant que start-up en 2014 par Tobias Schubert et Roman Hartmann.

Le marché en ligne Farmy a enregistré une augmentation massive des commandes à partir de la fin février, boostée par la crise du coronavirus. Les ventes ont presque quadruplé, avec une croissance atteignant 255 % au mois d’avril par rapport à la même période de l'année précédente. «Nous ne nous attendions pas à une telle évolution. Au premier semestre 2020, Farmy a enregistré un chiffre d’affaires de 11.5 millions de francs contre 4.5 millions de francs en 2019», précise Chiara Eckenschwiller, Marketing Manager Suisse Romande. 

Les bons résultats de Farmy se justifient notamment par l’accroissement du panier d’achat par client. En avril et mai 2020, ce dernier est passé de 120 à 185 francs, et était principalement composé d’aliments de longue conservation tels que les pâtes, le riz et les conserves, ainsi que les articles de pharmacie. 

Pour répondre à une telle demande, l’entreprise a optimisé entre mars et avril les processus au siège principal de Zurich-Altstetten. Une organisation à plusieurs équipes a été mise en place, permettant de quintupler le volume du débit logistique. Romand Hartmann, CEO et co-fondateur du désormais troisième plus grand magasin d’alimentation en ligne du pays, évoque un saut d’environ deux ans de développement du marché.

En Suisse romande, l’augmentation des commandes a précipité le déménagement de sa filiale lausannoise. Ouverte en mai 2018 à Prilly, elle avait atteint un quart du chiffre d'affaires total de la société. Les nouveaux locaux d’Ecublens, offrant quatre fois plus d’espace, ont permis de multiplier par dix le volume du débit logistique.  

Et après?

Une fois la phase de confinement passée, le soufflet est légèrement retombé. La croissance des ventes s’est stabilisée à 194% en juin contre 230% pendant le confinement. « Le comportement des acheteurs axé au départ sur la survie a évolué à la sortie de la crise. Le prix du panier moyen a diminué, et nous sommes retournés à nos conditions de livraisons habituelles, soit des livraisons dès le lendemain de la commande, et non plus à quelques semaines d’intervalle. Un laps de temps qui impacte directement le chiffre d’affaires mensuel», souligne Chiara Eckenschwiller, Marketing Manager Suisse Romande. 

Pour fidéliser les nouveaux clients qui ont rejoint Farmy pendant la crise du coronavirus, la société ne prévoit pas de grand bouleversement au niveau de son business plan. « Les habitudes de consommation ont déjà changé. Coronavirus ou pas, les gens désirent soutenir la production locale », justifie Chiara Eckenschwiller. Un objectif que s’est fixé la société depuis sa création en 2014 pour se démarquer de ses concurrents. L’entreprise recueille directement les produits chez les producteurs, sans avoir recours à des intermédiaires.

Dans un futur proche, Farmy compte étendre sa zone de livraison gratuite et passer à des véhicules 100% électrique. Des projets qui avaient été mis de côté suite à la forte demande observée durant le confinement.





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...