BNS: UBS estime le bénéfice au 3e trimestre à 11 milliards

mercredi, 16.10.2019

Les experts d'UBS estiment à environ 11 milliards de francs le bénéfice de la BNS entre juillet et septembre.

L'or, les obligations, les devises et les actions devraient avoir permis à la BNS de dégager un bénéfice de 7 milliards de francs. (Keystone)

La Banque nationale suisse (BNS) devrait avoir profité de l'évolution positive du marché obligataire et du prix de l'or au 3e trimestre, lui permettant de dégager un bénéfice en milliards à deux chiffres. Les prochains résultats financiers risquent cependant de souffrir des soubresauts de l'économie mondiale, préviennent les économistes d'UBS mercredi dans leur appréciation.

Les experts de la banque aux trois clés estiment à environ 11 milliards de francs le bénéfice de l'institut d'émission entre juillet et septembre, à comparer aux 8 et aux 31 milliards publiés respectivement au 2e et au 1er trimestres. L'excédent réalisé sur les neuf premiers mois de l'année devrait ainsi s'inscrire autour des 50 milliards. Les chiffres officiels seront publiés le 31 octobre.

L'or, les obligations, les devises et les actions devraient avoir permis à la BNS de dégager un bénéfice de 7 milliards de francs. A cela s'ajoutent les recettes issues du paiement d'intérêts et de dividendes, ainsi que les intérêts négatifs perçus, que les experts d'UBS devisent à plus de 4 milliards.

Selon ces derniers, la bonne performance trimestrielle de la BNS est à mettre au crédit des vicissitudes conjoncturelles et géopolitiques, et à la réaction de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de son homologue européenne (BCE), dont la politique monétaire expansionniste a profité en première ligne aux marchés obligataires.

En période d'incertitude, les détenteurs de capitaux se tournent aussi massivement vers l'or, comme en témoigne l'appréciation de 7% du métal jaune pendant la période sous revue.

Les spécialistes du numéro un bancaire helvétique tablent sur de nouvelles baisses de taux de la part de la Fed et de la BCE au cours des prochains trimestres, en raison de la persistance des risques.

Au chapitre des facteurs susceptibles d'affecter le résultat financier de la BNS, les experts d'UBS mettent en garde contre les effets d'une récession. Le cas échéant, les marchés boursiers essuieraient de sérieuses pertes en dépit des largesses monétaires, avec à la clé probablement un renchérissement significatif du franc. (awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...