L'équipe de l'EPFL décroche la 3e place de l'Hyperloop

lundi, 22.07.2019

Les capsules Hyperloop des ingénieurs suisses de l'EPFL et de l'EPFZ brillent à Los Angeles lors de la compétition d'Elon Musk.

MB

Le groupe d'étudiants a brillé lors du concours organisé par Elon Musk. (EPFL / Alban Kakulya)

Les pods suisses ont atteint des vitesses records lors de l'Hyperloop. Le concours organisé ce week-end par Elon Musk a permis aux étudiants de l'EPFL et de l'EPFZ d'atteindre respectivement la vitesse de 238km/h et de 252km/h dans le tube sous vide de SpaceX, ce qui leur a permis de décrocher la troisième et deuxième place. l'Université de Munich est quant à elle arrivée première avec une vitesse de 463km/h mais a explosé sa capsule. Si le moteur classique de l’Université technique de Munich a fait mieux en termes de vitesse, les capsules des Suisses sont revenues intactes.

«Bien sûr, nous sommes déçus du résultat, admet Martin Seydoux, capitaine de l’équipe EPFLoop. Mais nous sommes surtout contents que notre prototype ait fonctionné exactement comme prévu. Tous les tests que nous avons effectués durant la semaine écoulée jusqu’au dernier moment ont été exactement conformes aux prédictions.»

Durant des mois, les 21 équipes d’étudiants sélectionnées pour la SpaceX Hyperloop Pod Competition ont travaillé dans le secret. Elles ont développé des solutions uniques pour ce qui pourrait un jour constituer un nouveau moyen de transport. EPFLoop, l’équipe de l’EPFL, et celle de Swissloop (EPFZ) ont indépendamment pensé au même mode de propulsion, un moteur à induction linéaire. 

Suivant des procédures très strictes, la capsule est introduite dans le tube, puis la porte scellée pour permettre la mise sous vide. Sur un écran géant, huit caméras, postées tous les 250 mètres dans le tunnel, révèlent le rail éclairé par un série de néons en noir et blanc.

Elon Musk, le propriétaire de SpaceX est venu en personne féliciter les équipes sélectionnées pour la finale. Martin Seydoux lui a demandé s'il pensait appliquer d'autres critères que la vitesse à cette compétition telle que la fiabilité. La réponse du multimiliardaire est restée imprécise, mais il rêve d’un tube plus long, si possible en tunnel, qui pourrait être prêt pour l’édition 2021.

 

 

 





 
 
 
 

...