Neurophénoménologie

lundi, 11.03.2019

La neurophénoménologie c’est l’avenir. Après la faillite des sciences dites exactes, le pas nécessaire des sciences inexactes. Les sciences floues.

Pécub

Attention cela n’est pas de la sorcellerie, mais un véritable terrain de recherche. Ni psychologie, ni psychiatrie, ni démarches cognitives, ni pleine conscience, ni neurosciences, rien de ce qui remplit les académies. Il faut en première opération de travail, en changer la définition du moment, trop consensuelle, trop pensée dominante. La nouvelle neurophénoménologie sera anticartésienne. Le génie du hasard. Imprévisible. Du rien dans un espace de rien perdu quelque part dans un univers infini de rien.

Le rien est un organe vital. Les conseillers financiers devront s’armer d’imagination pour expliquer à leurs clients que le rien est une valeur sûre. Que d’immenses fortunes se sont construites en partant de rien. Que le rien n’a pas besoin de coffres-forts pour trouver sa place. Nietzsche dira l’Argent est mort. L’Argent répondra, Nietzsche est mort. Tout le monde est d’accord, on n’en sait rien, mais on en parle. Tout savoir sur rien ou ne rien savoir sur tout, là est la question.

La neurophénoménologie est une science de la vie, elle contribue à trouver des chemins qui n’existent pas, pour que la vie soit belle, naturelle et sensorielle, pas un produit de consommation artificiel. Où se cachent les startups sur le rien disruptif ? Ces startups ne se cachent pas, elles sont partout autour de chacun de nous. Elles sont les phénomènes visibles ou invisibles des accidents de cerveaux.

Dans les écoles, dans les usines, dans les laboratoires, dans les conseils d’administration, stop aux savoirs convenus. Place aux savoirs inconnus de la neuro-abstinence. Accidentons nos paquets de neurones, en ne pensant à rien, cela peut par hasard rapporter des milliards.





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...