Chaque voix compte!

jeudi, 16.05.2019

Catherine Lance Pasquier*

Catherine Lance Pasquier

Nous arrivons au terme d’une campagne de votation exceptionnelle, avec des enjeux cruciaux pour l’avenir de la place économique suisse et la préservation des emplois. Dans le canton de Genève, les citoyens font face à un nombre d’objets soumis en votation particulièrement élevé.   

Le projet AVS et fiscalité (RFFA) est une des réformes les plus importantes de ces dernières années. Il permet de répondre à deux défis majeurs: la consolidation de l’AVS et la résolution du problème fiscal. Cette réforme prévoit une compensation sociale très forte, utile à chacun d’entre nous, sous la forme d’un versement de deux milliards de francs supplémentaires chaque année pour l’AVS, qui en a un besoin urgent. Elle permet dans le même temps de moderniser notre système fiscal et de le rendre conforme aux normes internationales. Ce compromis très largement soutenu prend aussi en compte les besoins des cantons et des communes. Le milliard de francs supplémentaire qui leur sera versé leur permet de mettre en œuvre la réforme en fonction de leurs besoins. 

La mise en œuvre cantonale est primordiale pour certains cantons comme Genève, qui doit préserver un tissu économique diversifié et fortement tourné vers l’international. Le taux d’imposition de 13,99% est équilibré et cohérent sur le plan lémanique, avec un voisin vaudois qui connaît depuis le début de l’année un taux d’imposition de 13,79%. Genève pourra ainsi maintenir sur son sol les grandes entreprises actives à l’international, qui rapportent des rentrées fiscales très élevées et sont à l’origine de dizaines de milliers d’emplois directs et indirects. Ces grandes entreprises sont aussi des clients essentiels pour les PME locales, qui verront en outre leur taux d’imposition diminuer. A Genève, des mesures d’accompagnement sociales ont été prévues en complément de la mesure fédérale: plusieurs centaines de places de crèche supplémentaires seront financées et le contre-projet à l’initiative 170 permettra d’augmenter le montant des subsides d’assurance-maladie et d’élargir le cercle des bénéficiaires. 

La révision de la loi sur les armes garantit quant à elle le maintien de la Suisse dans l’espace de sécurité commun européen. L’association de la Suisse à Schengen est un pilier fondamental de notre sécurité intérieure. La coopération efficace entre les autorités de migration, de police, des douanes et de justice des Etats Schengen représente le meilleur moyen de faire face aux menaces liées à la criminalité internationale et au terrorisme.

La Suisse ne peut pas faire cavalier seul en ce domaine. L’association à l’espace Schengen représente aussi un intérêt économique important. Ces avantages seront préservés avec un oui à la loi sur les armes, qui améliore le contrôle des armes les plus dangereuses, tout en préservant les traditions suisses de tir.

A ce stade, le risque principal auquel nous faisons face est celui de l’abstention. Cela ne sert à rien d’avoir des sondages positifs si les intentions de vote ne se concrétisent pas. Il nous appartient de décider de ce que sera la Suisse et le canton de Genève demain. Il faut voter et encourager à voter, car chaque voix compte!

* FER





 
 
 

...