Pensée réticulaire

vendredi, 15.02.2019

Ce que j’ai appris et mis en mémoire. Ce que je ne sais pas encore et que vais apprendre. L’apprentissage ne s’arrête jamais.

Pécub

Archimède, un copain de classe à Léonard de Vinci, a dit, «donnez-moi un point d’appui et je soulèverai le monde». L’astuce d’Archimède c’est de travailler la pensée à partir du point d’appui. L’idée fixe qui nous balade partout dans l’univers de l’esprit à l’intérieur, et des territoires infinis à découvrir à l’extérieur. Ce que Léonard a mis en pratique avec son « voir dedans, voir dehors ». Ce que j’ai appris et mis en mémoire. Ce que je ne sais pas encore et que vais apprendre. L’apprentissage ne s’arrête jamais.

À chaque volonté de savoir, comme Archimède ou Léonard, je plante un clou dans la tête et je pars voyager, m’émerveiller et découvrir dans toutes les directions. Sans discipline ni méthode, au gré des instincts, des envies, des plaisirs. Comme l’araignée pour saisir la nourriture existentielle, je développe à partir du clou-point fixe, la spirale des découvertes, et je saisis au passage les nourritures de l’imagination. Les grandes idées s’attrapent avec la spirale de l’araignée.

La spirale de l’araignée flotte sans équilibre dans les airs et dans l’espace. Le déplacement d’une pensée à l’autre n’est pas sécurisé, à tout moment il y a le risque de tout perdre. De tomber dans le vide. L’araignée nous l’enseigne, pour saisir la nourriture, la spirale gluante fait son travail. Pour circuler en mettant les pattes sur du solide, le point d’appui et les fils concentriques sont nécessaires. A partir du centre la projection de rayons de cheminement sécurisé dans toutes les directions, est, ouest, nord, sud. Un grand plateau circulaire de recherche et développement. Un point fixe comme   centre de gravité, la linéarité des rayons de curiosité contrôlée et la spirale gluante pour attraper les idées extraordinaires.

Nous avons le champ pour cultiver la pensée réticulaire. La toile d’araignée sait très bien fonctionner à plat. Manque l’espace et la troisième dimension. La volumétrie.  Le troisième œil des arachnides. À partir du clou point-fixe, imaginons de multiples plateaux circulaires visitant tout ce qui existe, une sphère en expansion perpétuelle. Une spirale gluante folle plongée dans l’espace sphérique de la connaissance remontant à la surface tout plein de trésors à découvrir. Cette sphère c’est la terre. Sa lumière vient des étoiles et du soleil. Léonard et Archimède ont appris à plonger les questions dans l’océan de la pensée et se laisser surprendre par les réponses qui émergent.

Les machines de guerre du Vinci, leviers, canons à vapeur et catapultes sont en fait les instruments de la mise en mouvement des idées. Je balance des boules de feu dans ma sphère des connaissances, et j’étudie en spontané la spirale des accidents de passage. Le moteur à invention.

Alors que les circonvolutions mentales de l’adulte circulent à plat, l’imagination de l’enfant voyage dans l’espace avec une vis sans fin.

Chaque semaine dans l'Agefi, retrouvez la rubrique "dans la tête de Léonard de Vinci", par Pécub.





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...