Wall Street en position inconfortable

samedi, 17.06.2017

Wall Street, tout en évoluant à des niveaux records, montre des signes d'inconfort face à une Fed moins accommodante et des indicateurs sans éclat tout en s'interrogeant sur les facteurs, politiques ou économiques, qui pourront porter sa progression.

Sur une semaine, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 0,52% à 21.384,28 points, un record. Le Nasdaq, à dominante technologique, a reculé de 0,90% à 6.151,76 points. L'indice élargi S&P 500 a grappillé 0,06% à 2.433,15 points.

"Le marché semble peiner à vraiment faire un nouveau pas en avant et semble commencer à s'inquiéter des valorisations élevées de certaines entreprises", remarque Hugh Johnson de Hugh Johnson Advisors.

"On peut justifier le niveau actuel" de la Bourse mais "pour légitimer une nouvelle avancée, il faudrait être sûr de pouvoir compter sur la fameuse baisse des impôts sur les sociétés promise par Trump ou sur des bénéfices plus élevés", explique l'expert.

Or Washington reste secoué par les déboires politico-judiciaires du président Donald Trump, et la perspective d'une adoption rapide de réformes fiscales s'éloigne.

Quant aux indicateurs actuels sur l'économie des Etats-Unis, "ils sont bons mais ils ne sont pas particulièrement flamboyants", note Hugh Johnson. Les attentes sur les bénéfices des entreprises, élevées, pourraient être déçues.

A cet égard, les investisseurs n'auront que peu de statistiques à se mettre sous la dent au cours des prochaines séances, avec principalement des chiffres sur les ventes de maisons mercredi et vendredi et l'indice composite des principaux indicateurs du Conference Board jeudi.

- Fed "inflexible" -

Les investisseurs sont aussi refroidis par l'attitude "un peu inflexible" de la Banque centrale américaine, selon Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

La Réserve fédérale (Fed), après avoir comme attendu relevé ses taux pour la seconde fois depuis le début de l'année, prévoit toujours une troisième remontée d'ici fin 2017.

"Or les statistiques montrent bien que l'économie n'avance plus autant, que ce soit au niveau de la consommation ou des investissements", remarque M. Volokhine. Surtout, l'inflation est repassée sous l'objectif de 2% que la Fed juge sain pour l'économie.

La banque centrale "donne l'impression d'avancer en regardant dans le rétroviseur et cela provoque un certain inconfort sur le marché", explique l'expert.

Moins de la moitié des courtiers, à en croire les contrats à termes sur les taux d'intérêts, misent sur une nouvelle hausse des taux d'ici la fin de l'année, signe qu'ils ne sont pas convaincus par ce que prévoient les responsables de l'institut monétaire.

"C'est à mes yeux la première fois que le marché se dit qu'il ne peut plus compter sur la Fed, qu'elle pourrait vraiment réduire les liquidités à un moment où l'économie aurait du mal à le supporter", explique Gregori Volokhine.

Résultat: les investisseurs "trouvent des excuses pour se débarrasser de valeurs qui fondamentalement continuent à être porteuses de croissance", avance-t-il.

"Le marché actions donne l'impression de vouloir digérer les récents gains et je ne serai pas surpris de voir des accès de faiblesse dans les prochaines séances", renchérit Sam Stovall de CFRA.

Le secteur technologique, qui a déjà fait face à plusieurs épisodes de ventes massives depuis la semaine dernière, pourrait selon lui "continuer à s'affaiblir la semaine prochaine".

"C'est un phénomène principalement technique", nuance toutefois Gregori Volokhine pour qui il s'agit plus d'une "prise de profits" sur des actions particulièrement prisées comme Apple ou Microsoft qu'une "dégradation fondamentale de leurs activités".

En revanche, "le secteur de la distribution, en particulier alimentaire, sera aux aguets", estime Sam Stovall.

Le rachat de l'enseigne de supermarchés bio Whole Foods par le géant du commerce en ligne Amazon rebat en effet les cartes pour l'ensemble du secteur et les chaînes de magasins traditionnels comme Wal-Mart ou Kroger, déjà laminées vendredi à Wall Street juste après l'annonce de cette opération surprise, pourraient encore souffrir. (awp)


 



 



...