La BCN bénéficie de l'embellie dans sa sphère d'influence

vendredi, 14.07.2017

La performance du premier semestre permet d'envisager un exercice 2017 meilleur que prévu.

Entré en fonction le 1er janvier, le CEO Pierre-Alain Leuenberger se félicite de ses six premiers mois.

La Banque cantonale neuchâteloise (BCN) a profité au premier semestre de conditions favorables sur le marché hypothécaire et d'une embellie conjoncturelle dans son bassin d'influence. L'établissement a amélioré ses recettes, sa rentabilité et le bénéfice dans un contexte qui demeure difficile. Cette bonne performance permet d'envisager un exercice 2017 meilleur que prévu.

Le bénéfice net a grappillé 1,4% à 22,6 mio CHF, indique la BCN vendredi. Entré en fonction le 1er janvier, le directeur général (CEO) Pierre-Alain Leuenberger se félicite d'avoir consolidé les activités au cours des six premiers mois de l'année, dans un contexte de taux négatifs et de «concurrence âpre», notamment d'acteurs non bancaires.

La bonne évolution des affaires se reflète tout particulièrement au niveau du résultat opérationnel, qui s'envole de quelque 32% à 29,6 mio CHF. Cette hausse s'inscrit dans un contexte d'augmentation généralisée des revenus et de stabilité des charges d'exploitation (-0,4% à 32,7 mio CHF). Le ratio coûts/revenus a atteint 49,1%.

Le produit d'exploitation s'est inscrit à 66,5 mio CHF, en progression de 10,1%. Dans le détail, le résultat net des opérations d'intérêts a gonflé de 8,2% à 48,4 mio. L'activité principale de la BCN a été soutenue par une hausse des volumes et par la baisse des provisions constituées pour risque de défaillance débiteur, qui ont fondu de plus de la moitié à 2,2 mio.

A en croire le patron de la BCN, le marché hypothécaire cantonal a retrouvé sa «sérénité». «Il n'y a pas de situation de bulle (immobilière) à Neuchâtel. Nous assistons à un atterrissage en douceur», a-t-il indiqué à AWP. Au bilan, les créances hypothécaires ont gonflé de 2,3% à 7,49 mrd CHF.

La gestion de fortune a également connu une évolution favorable. Les recettes tirées des opérations de commissions et de prestations de services se sont ainsi étoffées de 1,8% à 12,6 mio CHF. La masse sous gestion et les entrées nettes d'argent se situent au-dessus de l'objectif. Le CEO se refuse toutefois à préciser leur niveau.

Cette activité représente grosso modo un quart des recettes globales de la banque, contre 75% pour les opérations d'intérêts. L'objectif à court-moyen terme consiste à établir un rapport respectif 30%-70%, souligne Pierre-Alain Leuenberger.

Les revenus tirés des activités de négoce ont pris 3,8% à 3,3 mio et les autres résultats ordinaires ont été multipliés par 30 à 2,1 mio.

La somme du bilan s'est bonifiée à 10,76 mrd CHF, ce qui représente une hausse de 1,6%. Les dépôts clientèle enregistrent également une progression de 1,0% à 6,09 mrd CHF. Le ratio de fonds propres durs est resté stable à 15,4%.

La prudence reste de mise quant à la dynamique conjoncturelle au deuxième semestre, affirme la BCN dans son communiqué. La banque s'attend à un volume d'affaires «dans la ligne de celui de l'année dernière».

Forte de sa bonne performance jusqu'ici, la Banque cantonale neuchâteloise (BCN) devrait néanmoins boucler l'exercice 2017 sur une bonne surprise. «Sur le résultat opérationnel, nous pouvons espérer garder l'avance prise en début d'année», affirme le CEO.

M. Leuenberger reste néanmoins prudent et n'exclut pas d'éventuels effets extraordinaires, qui viendraient peser sur la marche des affaires. «Il faudrait que la tendance à l'embellie constatée actuellement ne se confirme pas et que plusieurs entreprises se trouvent en difficulté pour affecter véritablement nos résultats», prévient-il. (awp)


 

 


...