jeudi 31 juillet 2014 // 21:35

L’Allemagne classée en dernière position

mercredi, 10.04.2013

Bce. Le patrimoine des ménages luxembourgeois est le plus élevé de la zone euro selon une étude.

Le patrimoine des ménages luxembourgeois est le plus élevé de la zone euro, selon une étude publiée hier par la Banque centrale européenne (BCE) qui classe l’Allemagne, première puissance économique européenne, en dernière position sur 15 pays étudiés.

Ce classement, qui peut sembler étonnant, s’explique par des taux très différents selon les pays d’accession à la propriété immobilière, et la non-prise en compte des investissements des ménages.

Avec un patrimoine médian par ménage de 397.800 euros en 2010, les Luxembourgeois se classent en tête, suivis des Chypriotes (266.900 euros), des Maltais (215.900 euros), des Espagnols (182.700 euros) et des Italiens (173.500 euros).

La France elle arrive en sixième position avec 115.800 euros, et l’Allemagne figure à la dernière position avec 51.400 euros. Ces informations, déjà distillées en grande partie par la Banque centrale allemande en mars, avaient alors suscité nombre interrogations et critiques. De grosses failles dans la méthodologie avaient été dénoncées.  L’Allemagne est le premier pays contributeur aux plans d’aide européens en faveur des pays en crise du sud, mais les ménages allemands apparaissent au vu de ces chiffres comme plus pauvres que les Espagnols ou les Italiens.

Taille du patrimoine et richesse ne vont toutefois pas forcément de pair, et les Allemands ne sont aucunement plus pauvres que les Chypriotes par exemple.

Les ménages du sud sont davantage propriétaires de leurs appartements qu’en Allemagne ou en Autriche notamment où les gens préfèrent louer. «Le rôle de la propriété de son appartement est notable», note la BCE dans son rapport.

Les foyers d’Europe du sud comptent aussi en moyenne davantage de membres (2,76 membres pour Chypre contre 2,04 pour l’Allemagne par exemple), note l’institution monétaire de Francfort.

En outre, les sommes redistribuées par l’Etat (retraite, sécurité sociale) ne figurent pas dans cette enquête, tout comme les avoirs financiers, dont les données sont plus difficiles à collecter. Or les montants déposés par les Allemands dans leurs banques et ceux de leurs investissements excèdent ceux de nombre de les voisins.

Parmi les principaux chiffres publiés, 60,1% des ménages de la zone euro sont propriétaires de leur résidence principale (40,7% définitivement, 19,4% continuent de payer un crédit); la valeur médiane de ce bien est de 180.300 euros; 11,1% des ménages ont leur propre entreprise employant au moins un membre du ménage; 75,7% des ménages ont un véhicule, d’une valeur médiane de 7.000 euros.

Ces données microéconomiques ont été rassemblées pour aider à mieux comprendre le mécanisme de transmission de sa politique monétaire et les effets des chocs sur la stabilité financière de la région, selon la BCE.

Cette enquête, la première de son genre, se base sur les données collectées par les organismes nationaux auprès de quelque 62.000 ménages. Elle devrait avoir des suites mais à échéances espacées, la prochaine publication étant attendue en 2016.n

Publications Agefi