samedi 19 avril 2014 // 08:52

Les déchets privés stimulent la créativité économique

jeudi, 13.12.2012

Ecowaste. L’entreprise développe et commercialise des systèmes de pesées pour conteneurs de déchets.

Yoann schenker

Une majorité de communes en Suisse occidentale ont introduit un système de taxe au sac. Est-ce néanmoins la meilleure réponse aux objectifs de tri et de valorisation des déchets? Alors qu’une taxe au poids pourrait quant à elle constituer une solution face aux effets néfastes induits par cette pratique.

C’est dans ce contexte que la société Ecowaste, basée à Aclens (VD), organisait hier un débat sur cette thématique. L’entreprise, créée en 2003 par Jean-Luc Schlaeppi, est active dans le domaine de l’optimisation de la gestion des déchets. La société, qui compte 23 employés, développe et produit des systèmes de pesées pour conteneurs.

Concrètement, Ecowaste intègre sa solution EcoLogistique dans des conteneurs de grande capacité. Ceux-ci sont gérés par une unité électronique centrale, fixée sous le couvercle. Cette unité modulable peut en tout temps s’adapter à différentes options, notamment la pesée individuelle, le contrôle d’accès, la facturation au volume ou encore la mesure du niveau.  Les utilisateurs, munis d’une carte permettant de les identifier, déposent leurs sacs poubelles dans le conteneur. Le poids du contenu du sac est ensuite mesuré avec une précision de 50 grammes. Les données sont transmises au minimum une fois par jour via un réseau sans fil à l’application informatique installée sur un serveur distant. Les mesures peuvent par la suite être consultées tant par la commune que par les utilisateurs et les transporteurs, et directement utilisées dans les systèmes de facturation des collectivités publiques.

«La taxe au sac pousse les utilisateurs à optimiser le contenu de leur sac en compactant un maximum. De plus, les gens les complètent souvent avec des déchets recyclables, pour amortir le prix du sac quand celui-ci n’est pas plein la veille d’une collecte », explique Jean-Luc Schlaeppi. Selon le directeur d’Ecowaste, la crainte de la tricherie par les communes a aussi souvent pour conséquence le maintien d’une collecte porte-à-porte ou en conteneurs à roulettes pour limiter ce risque, ce qui maintient des coûts de collecte considérablement plus élevés. «Notre solution permet d’éviter ces effets pervers et de diminuer les tonnages incinérables dans les communes équipées (jusqu’à 65% de diminution dans certaines municipalités).»A ce jour, la solution commercialisée par Ecowaste équipe plus de 300 systèmes électro-mécaniques de facturation au poids en Suisse, en France ou encore en Belgique. L’entreprise vient d’ailleurs de remporter un important appel d’offre en France portant sur 200 systèmes de pesée ainsi qu’un autre pour 2800 mesures de niveau. «C’est un marché stratégiquement capital pour nous. Actuellement, environ 20% de notre chiffre d’affaires est réalisé dans ce pays.»

En Suisse, la société possède environ 90 à 95% des parts de marché des pesées sur des conteneurs enterrés et semi-enterrés (une centaine de communes sont équipées de systèmes de mesure de poids). L’environnement concurrentiel est faible, un seul autre acteur est présent sur le secteur en Suisse. Dans les autres pays, leur nombre est également très restreint « Certain concurrents produisent l’électronique, d’autres le système de pesée, mais nous sommes la seule entreprise en Europe à posséder le know -how pour pouvoir englober la totalité de la chaine de valeur du produit. Ceci nous donne ainsi un avantage conséquent, notamment en termes de service après vente.» En outre, Jean-Luc Schlaeppi estime son avance technologique à environ un an et demi pour une entreprise qui ne limiterait pas ses ressources pour atteindre le résultat. Il met toutefois en évidence que le marché, trop restreint pour l’instant, n’incite pas encore les nouveaux entrants à tenter leur chance. Ecowaste, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 4.5 millions de francs en 2012, est un train de développer un nouveau système de pesée avec compacteur.  «Il y a une forte demande pour ces produits qui permettent d’optimiser de manière importante l’espace des conteneurs.»

En ce qui concerne les prévisions de croissance, Jean-Luc Schlaeppi déclare qu’un changement de contexte commercial est sur le point de s’opérer et permettra ainsi d’entrevoir un impact très important sur le chiffre d’affaires de la société en 2013.n

Publications Agefi