lundi 22 décembre 2014 // 14:24


Daniel Tubbs de Mirabaud sur les actions émergentes globales

20 mars 2013: interview de Daniel Tubbs, Mirabaud & Cie , accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV


Pour surperformer le MSCI EM

Mirabaud. La gestion des actions globales émergentes prend un nouveau tour avec une expertise interne d'envergure.

Depuis juin 2012, Daniel Tubbs a rejoint l'équipe de Mirabaud. Et ainsi depuis dix mois, la banque est à même d'offrir une expertise interne sur les marchés émergents à ses clients. Et pas des moindres car Daniel Tubbs cogérait auparavant le BlackRock Global Emerging Markets Fund avec des actifs sous gestion de 2,5 milliards de dollars.

Avec une petite équipe très engagée dont la devise est "n'investissez jamais sans rencontrer le management", le fonds Mirabaud Equities Global Emerging Markets couvre l'ensemble des marchés émergents – pas seulement les BRIC - et Daniel Tubbs partage la recherche de terrain avec Charles Walsh, Victor Benavides et Neville Shaw, se spécialisant personnellement sur la Chine, Taiwan et la Corée.  Pas de biais régional pour ce portefeuille de 113 millions de dollars dont le seul objectif est d'identifier les perles rares au sein d'un univers qui comprend les 800 titres du MSCI EM et 15.000 titres supplémentaires hors-index, avec pour objectif de surperformer le MSCI EM de 3% sur un horizon glissant de 3 ans.

A noter, la performance annualisée du MSCI EM sur les 10 dernières années est de 16,6%, nettement supérieure à celle du MSCI World qui se monte à 9%. Une performance qui s'inscrit dans la durée: le PIB des pays émergents dépasse aujourd'hui celui des pays développés et ils contribuent pour 80% à la croissance globale sur un fond de réformes économiques, d'urbanisation, de classe moyenne croissante et d'infrastructures en expansion. Leur consommation reste faible et le taux d'épargne y est largement au-dessus de celle des pays développés.

Un premier filtre de liquidité – la valeur moyenne quotidienne échangée, calculée sur 30 jours, doit être supérieure à 5 millions de dollars – permet à l'équipe de Mirabaud de ramener  l'univers à 900 titres de base. Qualité du bilan et de la gestion, durabilité du modèle économique et avantage compétitif, rentabilité des capitaux investis, génération de profit et de cash flow sont les critères qui permettent de réduire encore à 200 les titres à surveiller. Reste à trouver le bon moment pour acquérir au bon prix l'une des 40 à 70 positions que compte le fonds.  Un titre est revendu si l'équipe estime qu'il a atteint son plein potentiel, si un évènement modifie fondamentalement les raisons pour lesquelles il a été choisi, s'il doit laisser la place à une meilleure idée ou si sa sous-performance est supérieure à 15%. Les risques sont surveillés de près. Liquidité, performance par rapport au benchmark, tracking error, beta, volatilité, Value-at-Risk, structure du portefeuille et concentration: chaque élément est passé à la loupe.

La structure actuelle du portefeuille surpondère la consommation discrétionnaire et l'IT et sous-pondère la consommation de base et les télécoms. Par rapport à l'indice, outre la Chine, le fonds surpondère la Turquie, le Qatar, la Thaïlande, la Colombie, le Pérou et l'Arabie saoudite et sous-pondère la Russie, l'Inde,  le Brésil, le Mexique, Taiwan, la Malaisie et l'Afrique du Sud.

La Turquie, marché le plus performant de 2012, est un grand favori et le fonds y détient une position sur Emlak Konut, le leader de la promotion immobilier d'un pays où 6 à 8 millions de logements ne satisfont pas les normes sismiques et doivent être remplacés, et une autre sur Halkbank, l'une des banques bénéficiaires de la grande restructuration de 2001 et de l'un des plus vastes réseaux d'agences du pays avec une remarquable pénétration régionale (L'Agefi du 22 septembre 2011).

Daniel Tubbs estime que le marché des télécoms a peu d'avenir en raison de la saturation des marchés, exception faite du marché saoudien dont le taux de pénétration n'est que de 27 pour 100 et sur lequel il vient d'entrer une position sur Etihad Etisalat, le deuxième opérateur du pays.

Parmi les beaux potentiels, il a choisi Hermes Microvision, une société taïwanaise qui détient 85% du marché des procédés d'inspection (E-beam) qui permettent d'identifier les erreurs de fabrication dans les puces électroniques. Hermes Microvision est une petite capitalisation (1 milliard de dollars), peu couverte pas les analystes et que la souplesse de gestion de Mirabaud permet de sélectionner alors que les grands fonds d'investissement ne pourraient le faire.

En Colombie, c'est Pacific Rubiales, une société de production pétrolière qui a été retenue. Fournisseur d'un quart du pétrole de Colombie (3e exportateur de pétrole vers les Etats-Unis), Pacific Rubiales a vu ses réserves quintupler et sa production multipliée par 17 au cours des dernières années. Autofinancée, la société bénéficie d'un bilan robuste dans un pays où la politique de l'administration est plus favorable aux investisseurs étrangers que celle de bien des pays producteurs d'énergie.

L'excellent track de Daniel Tubbs - plus de 30% annualisés sur 3 ans chez BlackRock et plus de 37% chez WestLB-Mellon - laisse espérer des résultats intéressants pour le fonds Mirabaud Equities Global Emerging Markets.

CV

Daniel Tubbs 

Gérant du fonds Global Emerging Market fund (GEM) de Mirabaud depuis juillet 2012, Daniel Tubbs a passé 4 ans chez BlackRock où il cogérait l'équipe GEM avec 2,5 milliards de dollars sous gestion. Avant de rejoindre BlackRock, il était, pendant six ans, responsable des investissements en Asie (hors-Japon) chez WestLB Asset Management. Daniel Tubbs a commencé sa carrière en 1997 chez Arthur Andersen. Il est expert-comptable diplômé et titulaire d'un diplôme de comptabilité et d'études financières de l'Université d'Exeter.

Company Key facts

Mirabaud & Cie

Fondée à Genève en 1819, Mirabaud & Cie est aujourd’hui une firme multinationale présente sur quatre continents. Mirabaud propose des conseils et des services financiers personnalisés à ses clients dans trois lignes d'activité : Gestion privée (gestion de portefeuille, conseil en investissement et prestations aux gestionnaires d’actifs indépendants), Asset Management (gestion institutionnelle, gestion et distribution de fonds) et Intermédiation (courtage, finance d’entreprise et gestion des dettes). Société indépendante en forte croissance, Mirabaud a triplé ses actifs sous gestion en dix ans. Dans le domaine de l’intermédiation, elle occupe les premières places des classements de la finance d’entreprise en 2011 sur le marché des investissements alternatifs de la Bourse de Londres et pour les 100 plus grandes capitalisations de l’AIM. Le groupe emploie environ 650 personnes et dispose d’une présence en Suisse (Genève, Bâle, Zurich), en Europe (Londres, Paris, Madrid, Barcelone et Luxembourg) et dans le reste du monde (Montréal, Hong Kong, Dubaï et Perth).

Diverse investment universe

Superior investment returns


Shift in economic activity


Consumption in its infancy




LOGIN ABONNÉS

 
 

LES AVANTAGES DE L'ESPACE ABONNÉS

Lecture intégrale
- de l'édition du jour
- des neuf éditions précédentes

Trois éditions à tester
27 mars 2014
7 mai 2014
2 juin 2014

Accès aux archives

pour s'abonner 


Sponsorisé par


 
Publications Agefi