La visite d’entreprise: pour la communication et le tourisme

vendredi, 08.06.2018

Le tourisme de découverte économique est une activité qui se développe depuis quelques années sous l’influence des savoir-faire spécifiques d’une région et de l’engouement des consommateurs pour la visite d’entreprise.

Dr François Courvoisier

Dr François Courvoisier.

Plusieurs formules sont souvent offertes aux touristes: la simple visite de l’entreprise en activité, complétée d’une espace muséal et éventuellement une boutique de vente. Cela constitue autant d’instruments de communication promouvant l’image de marque au-travers de l’hospitalité de l’entreprise. De plus, cette activité peut jouer un rôle de valorisation du patrimoine historique et industriel contribuant à la promotion de la région. En Suisse, la visite d’entreprises en activité connaît un engouement certain, preuve en est le succès de la chocolaterie Cailler, qui a accueilli 411.000 visiteurs en 2017.

Les entreprises de l’Arc jurassien mobilisées

L’Arc jurassien, région située hors des grands circuits touristiques et peu pourvue en monuments ou paysages spectaculaires, compte bon nombre d’entreprises connues principalement grâce à leurs produits: la Compagnie des montres Longines et la fromagerie Spielhofer à Saint-Imier, la chocolaterie Camille Bloch à Courtelary, Corum à La Chaux-de-Fonds et Zenith au Locle, Omega à Bienne. Toutes ces entreprises ouvrent régulièrement leurs portes aux visiteurs, sur réservation ou non, pour visiter un espace muséal ou leur activité de production. Camille Bloch, qui recevait près de 10.000 visiteurs par an, a notamment inauguré en octobre 2017 son centre d’accueil «CHEZ Camille Bloch» ayant pour objectif d’en recevoir 100.000. Il comprend un parcours de découverte du chocolat, un café-restaurant, un parc extérieur de détente, des salles de séminaire équipées et un magasin de vente.

Sur le plan économique régional, les retombées de ce nouveau centre sont encore difficiles à mesurer, même si plus de 50.000 visiteurs ont déjà passé par Courtelary: il a contribué à créer des emplois, surtout à temps partiel; les ventes du magasin de chocolat ont plus que doublé; les commerces et restaurants du vallon de Saint-Imier ont vu la clientèle de passage augmenter.

Retombées pour l’économie

Une lacune actuelle est l’hébergement de groupes qui voudraient faire plusieurs visites d’entreprises sur deux jours, faute de capacité hôtelière suffisante dans le vallon de Saint-Imier. Pour l’Office du tourisme Jura & Trois-Lacs, le tourisme de découverte économique répond aux attentes du visiteur d’aujourd’hui à la recherche d’expériences authentiques et originales. Ainsi, c’est toute l’économie touristique de l’arc jurassien qui devrait en bénéficier et d’autres entreprises phares pourraient suivre l’exemple de Camille Bloch, comme Omega et son projet de nouveau musée.

A l’heure de la digitalisation dans tous les secteurs, il apparaît aussi utile que les acteurs régionaux du tourisme développent des indicateurs précis relatifs aux visites d’entreprises et à leurs retombées économiques.

Avec l’appui d’un financement de la Confédération helvétique, Jura & Trois-Lacs a d’ailleurs le projet de créer un Observatoire du tourisme pour saisir, analyser et diffuser des informations qualitatives et quantitatives sur les visites d’entreprises, du côté de l’offre comme de la demande.

*Professeur HES-SO Haute école de gestion Arc






 
 

AGEFI


 

 



...