Les zoos enragent de ne pas pouvoir rouvrir

jeudi, 30.04.2020

Zoos et parcs animaliers dénoncent une «inégalité de traitement» par rapport aux musées qui eux peuvent ouvrir leurs portes dans moins de deux semaines.

Un soignant animalier s'occupe des bouquetins des alpes dans un enclos du zoo de La Garenne. Bien que fermés, les parcs zoologiques font face à des pertes qui ne peuvent pas être compensés par le chômage partiel, car les soins aux animaux ne peuvent pas être interrompus. (Keystone)

Il est «incompréhensible» que l'on puisse rouvrir les musées à partir du 11 mai, mais pas les zoos et parcs animaliers, estime l'association Zoosuisse. C'est une «inégalité de traitement» qui est jugée «inacceptable».

Contrairement aux musées, les visiteurs des zoos sont principalement à l'extérieur où le risque d'infection est plus faible que dans les salles fermées des musées, affirme encore l'association qui rassemble les zoos suisses gérés scientifiquement. L'organisation a soumis à l'Office fédéral de la santé publique (OFPS) un concept dans lequel elle estime que les conditions pour la réouverture des zoos sont remplies.

L'Office fédéral de la culture (OFC) a refusé d'apporter un soutien financier aux zoos, contrairement aux musées et autres institutions culturelles. Chaque semaine, les zoos perdent environ 2,5 millions de francs «qui ne peuvent être compensés par le chômage partiel», car les soins aux animaux ne peuvent pas être interrompus, souligne Zoosuisse. L’entité regroupe les zoos de Bâle, Zurich et Berne, le Parc naturel et animalier de Goldau (SZ), le zoo de La Garenne (VD), la Fondation Papiliorama à Chiètres (FR), le Parc naturel périurbain de Zurich, le zoo pour enfants du cirque Knie à Rapperswil (SG) et le Walter Zoo à Gossau (SG).(ATS)

>>> Lire également notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...