Les ventes horlogères de Watchdreamer décollent en février

vendredi, 06.03.2020

Watchdreamer, plateforme helvétique spécialisée dans la vente en ligne de montres via des prêts, a vu ses activités décoller en février dans un contexte marqué par l'arrivée du coronavirus en Suisse.

"On vend aujourd'hui entre six et dix montres par jour", soutient le directeur général du site lancé en novembre 2018.(Keystone)

Outre l'ouverture de nouveaux marchés, la jeune pousse Watchdreamer signera prochainement des contrats de collaboration avec certaines grandes manufactures horlogères.

"C'est difficile de dire si c'est l'effet coronavirus mais en février, un mois qui est très mauvais normalement, nous avons réalisé notre deuxième meilleur mois depuis l'existence de la société", a confié vendredi à AWP le fondateur Nicolas Hildenbrand, tout en ajoutant que janvier a également bien progressé.

"On vend aujourd'hui entre six et dix montres par jour", soutient le directeur général du site lancé en novembre 2018. En octobre, la start-up de Pully écoulait encore environ trois montres quotidiennement tandis qu'en fin d'année, période cruciale pour les horlogers, ce nombre a progressé jusqu'à dix juste avant les fêtes de Noël.

Breitling, Hublot et IWC sont les trois marques les plus prisées sur la plateforme, suivies par Rolex ainsi qu'Omega. Au total, 20 maisons horlogères y sont disponibles.

Le modèle d'affaires de la firme s'appuie sur l'octroi de prêts sans taux d'intérêt jusqu'à 14'000 francs d'achat, tandis que au-delà de ce montant le client paie entre 4,5% et 9,8% d'intérêt en Suisse.

Contrats directs avec des marques horlogères

"Nous sommes en cours de discussion pour la signature de contrats de collaboration avec de grandes manufactures", relève le patron, expliquant que ces partenariats permettront à la société de s'approvisionner directement auprès des maisons horlogères et de doubler ainsi ses marges.

Pour le moment, ce sont les détaillants horlogers qui fournissent les stocks de montres vendus par Watchdreamer, ce qui réduit considérablement la marge du vaudois.

Par ailleurs, le site de vente en ligne de montres est également en train de réaliser une levée de fonds d'environ 3 millions de francs auprès de groupes de luxe ou de fonds d'investissement.

"Cela nous permettrait d'assurer le financement de nos activités pour les prochains 18 mois et d'ouvrir de nouveaux marchés", affirme M. Hildenbrand.

L'Allemagne en premier

Initialement prévu en janvier, le début des activités en Allemagne sera lancé en avril. Watchdreamer compte aussi par la suite s'étendre en Autriche, Espagne et dans les pays scandinaves.

La société comptant dix collaborateurs a réalisé un chiffre d'affaires "proche" des 5 millions de francs en 2019. "En janvier 2019, nous avons engrangé 135'000 francs et en décembre, nous étions à 950'000 francs", détaille le responsable.

Le prix de vente moyen s'articule autour des 8000 francs.

En Allemagne, l'acquisition de montres coûtant jusqu'à 50'000 euros profiteront d'un taux d'intérêt zéro.(awp)






 
 

AGEFI



...