Wall Street en ordre dispersé

samedi, 12.05.2018

Wall Street a terminé en ordre dispersé vendredi, après avoir nettement avancé cette semaine sous l'effet d'une progression mesurée de l'inflation et d'une forte hausse des valeurs de l'énergie.

Sur la semaine, les trois indices ont nettement progressé, le Dow Jones a pris 2,34%, le Nasdaq 2,68% et le S&P 500 2,34%. (Keystone)

Selon les résultats définitifs à la clôture, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,37% à 24.831,17 points, soit sa septième séance de progression de suite.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 0,03% à 7.402,88 points.

L'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,17% à 2.727,72 points.

Sur la semaine, les trois indices ont nettement progressé, le Dow Jones a pris 2,34%, le Nasdaq 2,68% et le S&P 500 2,34%.

"Cette avancée des indices est la combinaison d'une croissance solide des résultats d'entreprise et d'une inflation sous contrôle", a indiqué Jack Ablin de Cresset Wealth Management.

A l'image de l'évolution des prix à la consommation jeudi, plusieurs indicateurs sur l'inflation publiés cette semaine se sont avérés inférieurs aux estimations des analystes.

De quoi laisser davantage d'oxygène aux entreprises et aux ménages américains avant une action plus vigoureuse de la banque centrale américaine (Fed) sur les taux d'emprunt.

"L'inflation est totalement maîtrisée et elle est en ligne avec les objectifs de la banque centrale américaine. C'est une bonne chose pour les marchés qui n'ont pas encore intégré davantage de hausses de taux aux cours boursiers", a noté Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

Les rendements de la dette américaine évoluaient en ordre dispersé: le taux d'intérêt à dix ans progressait à 2,966% contre 2,962% la veille à la clôture, et celui à 30 ans baissait à 3,103%, contre 3,108% jeudi soir.

Prix des médicaments

Par ailleurs, la forte hausse cette semaine des valeurs du secteur de l'énergie a permis de soutenir la progression des indices, alors que les cours du pétrole ont atteint jeudi des plus hauts depuis trois ans et demi après la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien.

Regroupées au sein du S&P 500, les entreprises de ce secteur ont avancé en moyenne de 3,75%.

Parmi les valeurs remarquées vendredi, les entreprises du secteur de la santé regroupées au sein d'un sous-indice du S&P 500 ont progressé en moyenne de 1,47% après que Donald Trump a annoncé un plan d'action pour réduire le prix des médicaments aux Etats-Unis, parmi les plus élevés au monde.

La société de sécurité informatique Symantec s'est effondrée (-33,10% à 19,52 dollars) après l'annonce, à l'occasion de ses résultats trimestriels, du lancement d'une enquête interne "en lien avec des inquiétudes soulevées par un ancien employé", a précisé le groupe qui affirme avoir averti le gendarme boursier américain (SEC).

Le groupe américano-canadien d'informations financières Thomson Reuters (-3,70% à 48,14 dollars) a annoncé vendredi une perte au premier trimestre en raison de l'impact financier de la vente d'une partie de ses activités, mais a relevé ses prévisions pour l'année.

Le fabricant des processeurs graphiques Nvidia a reculé (-2,15% à 254,53 dollars) après que l'entreprise a affirmé que ses revenus liés aux cryptomonnaies allaient chuter au deuxième trimestre.

A Wall Street depuis bientôt deux mois, le spécialiste du stockage de données en ligne Dropbox a baissé (-2,25% à 31,28 dollars) malgré le dépassement des attentes à l'annonce de ses premiers résultats trimestriels. Le titre a toutefois bondi de 7,4% depuis le début de la semaine. (awp)






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...