Wall Street signe une séance calme et sans tendance avant Thanksgiving

jeudi, 24.11.2016

Wall Street a fini sans tendance mercredi, le calme régnant à la veille d'un jour férié pour Thanksgiving, mais bien disposée face à une salve encourageante d'indicateurs.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 59,31 points à 19.083,18 points, de nouveau à un niveau sans précédent après avoir fini pour la première fois la veille à plus de 19.000 points. A dominante technologique, le Nasdaq, lui aussi au plus haut la veille, a reculé de 5,67 points à 5380,68 points.

Wall Street a fini sans tendance mercredi, le calme régnant à la veille d'un jour férié pour Thanksgiving, mais bien disposée face à une salve encourageante d'indicateurs: le Dow Jones a gagné 0,31%, battant à nouveau un record, et le Nasdaq a perdu 0,11%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 59,31 points à 19.083,18 points, de nouveau à un niveau sans précédent après avoir fini pour la première fois la veille à plus de 19.000 points. A dominante technologique, le Nasdaq, lui aussi au plus haut la veille, a reculé de 5,67 points à 5380,68 points.

L'indice élargi S&P 500 a avancé de 1,78 point, soit 0,08% à 2.204,72 points, battant un record.

"On est restés proches de l'équilibre aujourd'hui", a résumé Bill Lynch, de Hinsdale Associates. "Les volumes étaient limités, beaucoup d'investisseurs étant déjà en congés."

Wall Street restera fermée jeudi pour Thanksgiving ("l'action de grâce") et ne rouvrira vendredi que pour une séance raccourcie de moitié.

Assoupie par cette perspective, la Bourse de New York a pourtant fait face à "de nombreuses actualités", a souligné M. Lynch, les jugeant dans l'ensemble favorables.

Les investisseurs ont pris connaissance de bons indicateurs, dont un bond des commandes de biens durables le mois dernier et une nette hausse du moral des ménages ce mois-ci.

Certes, ils ont aussi digéré une hausse hebdomadaires des inscriptions au chômage et un déclin des ventes de logements neufs pour octobre, mais ont semblé relativiser des statistiques qui n'apparaissaient pas comme un renversement de tendances positives.

Enfin, "les minutes de la Réserve fédérale (Fed) ont été publiées et (...) laissent penser que le consensus y règne sur une hausse des taux lors de sa réunion de décembre", a ajouté M. Lynch, en référence au compte-rendu de la précédente réunion de la banque centrale.

Cette idée n'a rien pour surprendre des investisseurs qui ne doutent désormais plus de cette perspective, en particulier depuis l'élection de Donald Trump à la présidence américaine.

Non seulement les intentions de relance de M. Trump semblent laisser à la Fed le champ pour resserrer plus vite sa politique face au risque d'inflation, mais elles ont joué un grand rôle depuis deux semaines pour faire flamber Wall Street à des records.

A ce titre, mercredi, les valeurs industrielles et financières, à la présence accrue dans le Dow Jones, ont enregistré de bonnes performances, alors que des secteurs comme la technologie et la santé restaient à la traîne, expliquant les performances divergentes entre indices.

"Cela semble plutôt indiquer que l'on se concentre sur l'économie américaine", les valeurs industrielles ayant tendance à profiter d'une conjoncture favorable par contraste avec des secteurs moins exposés comme la technologie, a avancé Jack Ablin, de BMO Private Bank.

- Urban Outfitters chute -

Parmi les valeurs, le constructeur de matériel agricole Deere a bondi de 11,04% à 102,17 dollars malgré une baisse trimestrielle de ses ventes et bénéfices, ses résultats et prévisions étant jugés moins mauvais que prévu.

La chaîne de magasins de vêtements Urban Outfitters a baissé de 12,05% à 34,31 dollars après une baisse de son bénéfice net trimestriel.

Le groupe informatique Hewlett Packard Enterprise (HPE) a pris 2,97% à 23,55 dollars, sans pâtir de résultats trimestriels mitigés à l'issue de sa première année comme entité indépendante.

Second groupe né de la scission d'Hewlett Packard, HP Inc, centré sur les PC et imprimantes, a perdu 6,77% à 14,87 dollars après une nette baisse de ses bénéfices trimestriels.

Le laboratoire pharmaceutique Eli Lilly, qui a annoncé l'échec d'essais d'un traitement expérimental de la maladie d'Alzheimer, a chuté de 10,51% à 68,00 dollars.

Dans son sillage, Biogen, qui travaille également sur un traitement d'Alzheimer, a perdu 3,83% à 305,93 dollars.

Egalement dans le secteur, Juno Therapeutics s'est effondré de 24,50% à 22,56 dollars après avoir annoncé le quatrième décès d'un patient cette année dans le cadre d'un test d'un traitement de la leucémie, désormais suspendu.

Le marché obligataire reculait. Vers 21H35 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,353% contre 2,316% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,024% contre 3,004% précédemment. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...