Les principales informations économiques de ce lundi en bref

lundi, 03.12.2018

Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité du jour? Retrouvez un résumé des principales informations économiques de ce lundi.

La chute du diesel dans les immatriculations de voitures neuves en Suisse s'est stabilisée. (Keystone)

COMMERCE: Le commerce de détail suisse a vu ses recettes grimper en octobre. Les chiffres d'affaires du secteur ont augmenté de 3,2% en octobre sur un an en terme nominal, indique l'Office fédéral de la statistique (OFS). En variations non corrigées, les recettes de denrées alimentaires, boissons et tabac ont grimpé de 3,9% et le non alimentaire (hors carburant) de 2,3%. Le total en termes réels, tenant compte de l'inflation, atteint 2,8% par rapport à la même période l'an dernier.

CONJONCTURE: L'industrie helvétique s'est maintenue quasiment à niveau en novembre par rapport au mois précédent, alors que la conjoncture européenne est en proie à des difficultés multiples. L'indice des directeurs d'achat (PMI) publié par Credit Suisse et la faîtière procure.ch a même progressé de 0,2 point à 57,7. L'indice PMI pour l'industrie se situe désormais non seulement en territoire positif, mais au-dessus de sa moyenne à long terme (55 points), ce qui témoigne d'une "conjoncture industrielle robuste". La production et les carnets de commande ont encore renforcé leur dynamique par rapport à octobre.

ASSURANCE MALADIE: Pas question d'en rester au statu quo pour les régions de primes d'assurance maladie. Le Conseil fédéral veut réformer le système afin de mettre fin à un subventionnement croisé à l'intérieur des cantons entre régions urbaines et rurales. Il recommande ainsi le rejet d'une motion de la commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats qui voudrait maintenir les régions de primes dans leur état actuel. Cette proposition ne correspond plus aux exigences légales.

CONSTRUCTION: Les employés du secteur principal de la construction devraient bénéficier d'une nouvelle Convention nationale. L'accord passé entre partenaires sociaux prévoit également la garantie de la retraite à 60 ans et des hausses de salaires pour les deux prochaines années. Après de longues et intenses discussions, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) et les syndicats Unia et Syna ont réussi à se mettre d'accord. Les assemblées des délégués des différentes parties doivent encore prendre une décision définitive sur le résultat des négociations.

CONDITIONS DE TRAVAIL: Les salaires minimums dans l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) seront augmentés de 1,2 % au 1er janvier 2019. Et ils le seront automatiquement à l'avenir. Le syndicat Unia l‘avait imposé lors des négociations CCT. La convention collective de travail (CCT) de la branche, entrée en vigueur le 1er juillet 2018, prévoit désormais une compensation annuelle automatique du renchérissement sur les salaires minimums. Elle est calculée sur la base du renchérissement en octobre par rapport à l'année précédente.

AUTOMOBILES: La chute du diesel dans les immatriculations de voitures neuves en Suisse s'est stabilisée. Au total, les moteurs diesel équipent 30% des voitures immatriculées pour la première fois au mois de novembre, selon les chiffres de la faîtière Auto Suisse. "La tendance est clairement à la hausse, même si les plus hauts niveaux de quelque 39% sont encore inatteignables", souligne la faîtière.

MÉDICAMENTS: Les malades ne sont pas près de pouvoir commander leur aspirine par télépharmacie. Le Conseil fédéral rejette une motion de Marcel Dobler (PLR/SG) qui plaide pour une libéralisation de la vente par correspondance. Pour le St-Gallois, s'il est possible d'ouvrir un compte bancaire après une discussion vidéo, il doit être possible de commander des médicaments non soumis à ordonnance par télépharmacie. En plus d'être plus pratique, la vente par correspondance permettrait de bénéficier de prix plus avantageux.

CONSTRUCTION: Implenia a une nouvelle fois revu à la baisse ses ambitions pour l'exercice en cours, mettant en avant des problèmes accrus dans son unité d'affaires International. L'entreprise zurichoise a beau tenter de rassurer les investisseurs en assurant le maintien du dividende et des objectifs à moyen terme, le titre a été copieusement chahuté à la Bourse suisse. Dans un communiqué, Implenia explique que l'évolution de la division International a rendu nécessaire une révision des objectifs communiqués fin août.

ALIMENTAIRE: L'occupation des abattoirs Bell à Oensingen, près de Soleure, a provoqué des dégâts pour un montant proche de 100'000 francs, fait savoir le groupe bâlois actif dans la transformation de produits carnés. Une centaine de militants antispécistes avaient pénétré sur le site il y a une dizaine de jours et bloqué les activités. Le groupe, interrogé par AWP, a déclaré s'atteler à chiffrer précisément l'étendue des dommages. Les premières estimations font état de dégâts "dans la fourchette supérieure d'un montant à cinq chiffres, au minimum". Bell demandera réparation dans le cadre de la procédure en cours devant la justice.

INDUSTRIE MINIÈRE: Glencore rabote ses ambitions en matière de produit du négoce pour l'année en cours, évaluant désormais son excédent d'exploitation (Ebit) dans ce domaine pour l'année en cours à 2,7 milliards de dollars, à plus ou moins 100 millions près. Jusqu'ici, le colosse zougois des matières premières tablait sur un résultat dans le haut de la fourchette de 2,2 à 3,2 milliards à long terme. La multinationale évoque un impact des contrats à longue échéance sur l'aluminium, ainsi qu'une discrépance entre certains engagements d'achat de cobalt auprès de sa filiale Katanga Mining et les reventes de ce même minerai.

FOIRES ET SALONS: MCH collectionne les déconvenues en 2018, véritable annus horribilis pour l'organisateur de foires et salons. Le groupe rhénan renonce désormais à son salon de la voiture d'exception Grand Basel après une seule et unique édition, bouclée dans le rouge vif. L'accumulation des ennuis va peser lourdement sur la performance annuelle. En 2018, MCH devrait subir une perte nette de "plus ou moins" 170 millions de francs, a indiqué à AWP un porte-parole du groupe. En septembre, au moment de la publication du rapport intermédiaire, la direction avait fixé le montant de la perte totale à plus de 100 millions de francs.

SOCIÉTÉ DE PARTICIPATIONS: L'entrepreneur belge Albert Frère, l'homme le plus riche de la Belgique selon le classement Forbes, est décédé à l'âge de 92 ans. Anciennement vice-président du conseil d'administration de Pargesa Holding, il a contribué à la création et au développement du groupe en partenariat avec la famille Desmarais, a indiqué la société de participations genevoise. Albert Frère était également président d'honneur et actionnaire de contrôle conjoint de Groupe Bruxelles Lambert (GBL), qu'il avait rejoint en 1982. (awp)






 
 

AGEFI



...