UBP enregistre une progression tous azimuts au premier semestre

Jeudi, 19 juillet 2018

UBP a vu ses résultats augmenter tous azimuts au premier semestre, profitant notamment d'importants afflux de liquidités, a annoncé jeudi le groupe bancaire genevois. Ce dernier n'a pas formulé d'objectif pour l'ensemble de l'année.

D'importants afflux de liquidités de clients privés et institutionnels ont profité à UBP, qui a vu ses résultats augmenter tous azimuts. Les afflux d'argent frais ont atteint 2,7 milliards de francs entre janvier et juin, faisant gonfler les avoirs sous gestion à 128,4 milliards, en hausse de près de 8% sur un an. Les...

Swiss dessert désormais Hurghada au départ de Genève

Jeudi, 19 juillet 2018

La compagnie aérienne Swiss étend son réseau aérien au départ de Genève en incluant Hurghada. La station balnéaire égyptienne sera desservie dès l'entrée en vigueur du programme de vols de l'hiver 2018/2019.

Pour l'horaire d'hiver 2018/2019, Swiss International Air Lines étoffera son réseau européen au départ de Genève en incluant Hurghada. La station touristique au bord de la Mer Rouge sera desservie le samedi, du 13 octobre au 15 décembre, et le dimanche, du 23 décembre au 30 mars. Les vols seront effectués par des...

Hôpital fribourgeois: le président ne veut pas démissionner

Jeudi, 19 juillet 2018

Le président de l'Hôpital fribourgeois (HFR), Philippe Menoud, n'a pas l'intention de démissionner. A la suite de la publication vendredi d'un audit pointant des lacunes dans la gestion financière et celle du personnel, le Bullois est sur la sellette.

Malgré l'audit de l'Hôpital de Fribourg pointant une mauvaise gestion de l'établissement, son président Philippe Menoud, ne démissionnera pas.

"Je prends tous les coups, personne ne m'épargne. Pour ma part, je ne cherche pas de fautif. Mais je constate qu'il est plus facile de cibler des responsables que d'examiner...

Allemagne: année record pour les grandes entreprises

mardi, 26.12.2017

Ventes, emplois, bénéfices... L'année 2017 a été celle de tous les records pour les 100 plus grosses entreprises allemandes, dont le chiffre d'affaires a grimpé de 7% pour s'établir à 1.250 milliards d'euros, selon une étude publiée par le cabinet Ernst & Young (EY).

Les principales multinationales allemandes sont très majoritairement dans le vert.

Les principales multinationales allemandes sont très majoritairement dans le vert avec, "sur les 100 premières entreprises du pays, 76 ayant augmenté leurs bénéfices et 84 leur chiffre d'affaires", déclare Mathieu Meyer, membre du directoire d'Ernst & Young Allemagne, dans un communiqué.

En pleine reprise économique, de janvier à septembre 2017, le bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) des 100 principales entreprises allemandes cotées en Bourse a bondi de 21% à 109 milliards d'euros.

Côté social, l'année économique en Allemagne a été marquée par l'annonce de vastes plans de restructuration, en particulier au sein des conglomérats industriels Siemens et Thyssenkrupp. Pourtant, au 30 septembre 2017, ces 100 entreprises allemandes employaient quelque 4,9 millions de personnes à travers le monde, soit 3,5% de plus que l'année dernière à la même période, selon cette étude.

Le classement - qui exclut les banques et les assureurs - est dominé par les constructeurs automobiles, le moteur infaillible de l'économie allemande malgré la crise du diesel: Daimler et Volkswagen ont enregistré les plus importantes ventes de 2017, suivies par l'opérateur Deutsche Telekom et BMW, le géant des véhicules haut de gamme.

Anomalie de ce début de millénaire, en Allemagne, ce top 100 a en 2017 toujours un parfum de deuxième révolution industrielle. Au total, 57 des 100 entreprises ayant réalisé le chiffre d'affaires le plus élevé cette année sont issues de l'industrie lourde (ingénierie mécanique et automobile, charbon et chimie).

A titre de comparaison, ce même classement aux Etats-Unis compte deux fois plus d'entreprises issues du secteur des technologies et des médias qu'en Allemagne.

Dans la première économie européenne, ce débat sur l'urgence de la "digitalisation", que l'expert d'EY qualifie de "question de survie pour l'Allemagne", est devenu en 2017 un incontournable de toute campagne électorale aussi bien que de la communication des entreprises. (awp)






 
 

AGEFI


 

 



...