L'hebdomadaire valaisan Le Confédéré traverse une période difficile

vendredi, 17.08.2018

En difficulté financière, l'hebdomadaire Le Confédéré a licencié son rédacteur en chef et fermé ses locaux.

Le Confédéré paraît depuis 1861.

Le journal hebdomadaire Le Confédéré est en difficulté. Plus ancienne feuille d'opinion en Valais, d'obédience libérale-radicale, paraissant depuis 1861, il a licencié son rédacteur en chef et fermé ses locaux historiques à Martigny.

"La presse romande est en grande difficulté, nous le sommes aussi, mais nous préparons l'avenir", a indiqué Victor Glassey, président du conseil d'administration du Confédéré, qui s'exprimait jeudi soir dans Forum, sur les ondes de la RTS. L'avenir reste dans le papier et le journal lance un appel à la fidélité de ses abonnés.

Dossiers de fond

"Aujourd'hui, nous devons proposer des dossiers de fond, un journal qui se lit à tête reposée", précise Victor Glassey. Ce dernier rappelle que la majorité des abonnés sont proches de la pensée libérale-radicale, même si depuis plus de 40 ans Le Confédéré n'est plus l'organe officiel du parti.

Avec la fermeture des locaux à Martigny, le secrétariat administratif et rédactionnel fonctionne en télétravail, lit-on sur le site de l'hebdomadaire. Le rédacteur en chef Jean-Jacques Michelet a achevé son travail début juin. Les deux mesures s'imposaient, après avoir déjà réduit au maximum tous les coûts.

Dès septembre, un comité de rédaction sera mis en place, avec des correspondants locaux. Ces derniers "devront faire remonter les informations régionales, notamment la vie politique".

Avec Pascal Couchepin

Le Confédéré a compté parmi ses rédacteurs en chef l'ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin, entre 1972 et 1976. Son tirage est de l'ordre de 4000 exemplaires. Il déploie son contenu sur 16 pages.

Le rythme de parution a connu des hauts et des bas. Le journal paraissait deux fois par semaine à ses débuts. Il est passé à trois exemplaires par semaine et est même devenu quotidien dans les années 1969. Depuis une quinzaine d'années, il est hebdomadaire.






 
 

AGEFI



...