La confiance des directeurs financiers en l'économie suisse se dégrade

mardi, 07.05.2019

Une majorité (53%) des directeurs financiers en Suisse jugent positivement les perspectives conjoncturelles au cours des 12 prochains mois. Leur optimisme s'est toutefois nettement dégradé par rapport à l'enquête du semestre précédent

L'enthousiasme des directeurs financiers quant aux perspectives financières de leur entreprise a également poursuivi son érosion.(Pixabay)

Au semestre précédent, les directeurs financiers en Suisse étaient 77% à entrevoir positivement l'avenir. Selon la dernière enquête de Deloitte publiée mardi, ils sont désormais 53% à juger positivement les perspectives conjoncturelles au cours des 12 prochains mois. L'optimisme a donc baissé.

"Les derniers renversements de tendance comparables se sont révélés être les précurseurs de véritables chutes au niveau des perspectives conjoncturelles", commente la société d'audit et de conseil.

L'enthousiasme des directeurs financiers quant aux perspectives financières de leur entreprise a également poursuivi son érosion. "Même si cette dégradation des perspectives conjoncturelles peut sembler dramatique, celles des entreprises restent malgré tout encourageantes", temporise Deloitte.

Pour 71% des directeurs financiers sondés, une augmentation du chiffre d'affaires est attendue dans les 12 prochains mois. Malgré un franc suisse fort, 42% tablent sur une augmentation de la marge opérationnelle de leur entreprise.

Les entreprises restent prêtes à investir, mais à un niveau inférieur à l'année dernière. "La prudence est de mise, et des mesures sont nécessaires: quand les pays voisins commenceront à dévaler la pente, la Suisse risque d'être rapidement entraînée dans leur chute", affirme Jean-François Lagassé, responsable du marché Suisse Romande chez Deloitte.

Davantage d'incertitude

Le niveau d'incertitude dans les domaines financiers et économiques s'est largement amplifié, note Deloitte. Plus de la moitié des directeurs financiers (54%) jugent qu'il est élevé. C'est la première fois, depuis le premier trimestre 2015, que cette valeur repart à la hausse - plus de 12 points de pourcentage par rapport au deuxième semestre 2018.

Le Brexit arrive en tête des préoccupations des directeurs financiers, devant les craintes d'une baisse de demande en Suisse. "Il est frappant de constater que les sujets prédominants de l'année dernière - la force du franc suisse et la pénurie de personnel qualifié - ne jouent pas de rôle primordial ce trimestre," commente Deloitte.

Pour la première fois, les directeurs financiers ont été sondés sur leurs attentes à l'égard des taux d'intérêts. A 41%, ils s'attendent à la poursuite des taux d'intérêts négatifs les deux prochaines années.

L'enquête observe en conclusion que "les entreprises suisses misent sur des stratégies expansives" pour s'adapter aux défis. Parmi celles-ci, les directeurs financiers évoquent en premier la poursuite d'une croissance organique et l'introduction de nouveaux produits ou services.(awp)






 
 

AGEFI



...