Une entreprise est un peu comme un enfant

mercredi, 20.03.2019

Céline Renaud*

Céline Renaud

Un mercredi soir à 22 heures, je trouve enfin le temps avec mon conjoint pour faire...  l’agenda! Cela signifie que nous nous coordonnons pour savoir qui s’occupe de notre fille ces prochains jours. Il s’avère que le mardi soir suivant, je serai absente pour donner une conférence et mon conjoint sera également hors de la maison pour une séance politique. Les personnes qui s’occupent habituellement de notre fille sont également toutes prises. Je fais quelques messages et je trouve une copine d’école de notre fille qui se réjouit de l’accueillir pour dormir chez elle. Quelle organisation! Il faut savoir jongler...

Pour arriver à combiner avec succès et joie la vie de famille avec la vie trépidante d’entrepreneure, il est important de respecter quelques principes. Bien souvent, les rendez-vous de networking pour entrepreneurs sont fixés en soirées, tout comme les conférences que je donne, ou encore les rencontres politiques ainsi que les séances de conseil d’administration. Outre une excellente organisation, il faut oser demander de l’aide et annoncer à son entourage qu’on aura besoin de cette aide. Une bonne communication est également capitale. Organiser son calendrier est indispensable. Il est important d’utiliser les outils de gestion du temps actuels comme le partage du calendrier ou la création de groupes WhatsApp avec les thématiques autour des enfants pour les gens qui les gardent. Il est primordial de réserver et de planifier les événements scolaires majeurs pour éviter la tristesse et la frustration de ne pas pouvoir y participer. Finalement, il faut accepter que nous n’arriverons pas toujours à tout combiner.

Je suis toujours dit que nous étions très proches avec ma fille et qu’il suffisait que je pense à elle pour qu’elle sente ma présence. En nous séparant, nous nous souhaitons toujours mutuellement de bien nous amuser dans nos différentes activités. Et lors des retrouvailles, nous vérifions ce point. Célébrer le fait de partir et de se retrouver est essentiel. J’aime bien quand ma fille me demande: «Alors, c’est où qu’on va aujourd’hui?» comme si chaque nouvelle journée correspondait à une nouvelle aventure. L’entreprise est un peu comme un enfant, plus je l’arrose d’énergie et plus elle va grandir et s’épanouir … Une société va subir différentes étapes et changements. Comme avec ma fille, dès que je me disais: «Ça y est, nous sommes à un replat, j’ai compris comment elle fonctionne, nous sommes au calme...», elle change et il faut trouver un nouvel équilibre. J’ai l’impression que mon entreprise fait de même.

Et il y a aussi des profils d’entrepreneurs très différents. Ceux qui sont forts dans la concrétisation d’idées, dans le démarrage d’un projet, avec une énergie puissante ou encore ceux qui sont plus forts dans le développement et le déploiement de l’entreprise à l’instar des entraîneurs sportifs qui pourraient se classer en trois catégories: les dénicheurs de talents, ceux qui les développent pour porter les sportifs au niveau professionnel et finalement ceux qui mènent au top et les font y rester. Ce sont trois profils d’entraîneurs avec des talents différents. Dans l’entreprise, nous ressentons ces étapes différentes avec des rythmes bien particuliers. Tout comme il est important d’accompagner nos enfants vient ensuite le moment où il faut savoir les lâcher...

* CEO et fondatrice. JMC Lutherie 






 
 

AGEFI



...