Certitudes artificielles augmentées

vendredi, 15.11.2019

Une certitude c’est une citadelle imprenable, une forteresse inexpugnable, une ligne Maginot, une Grande Muraille de Chine, un mur de Berlin, infranchissables.

Pécub

Les investisseurs, comme les Seigneurs. Les Princes et les Empereurs n’aiment pas l’incertitude, alors ils construisent des murs épais, blindés, à l’épreuve des canons et des tremblements de terre. Se mettre à l’abri, quel que soient l’adversité ou l’adversaire. La certitude est un produit qui se vend bien. Les fabricants de certitude ont toutes sortes de clients, les peureux, les anxieux, les craintifs, les curieux. A l’heure du monopole de la pensée pécuniaire, le produit phare, la certitude artificielle augmentée.

Lorsque Socrate dit, je sais que je ne sais rien. Lorsqu’Archimède dit, donnez-moi un point fixe et je vous soulève le monde. Lorsque Jean Piaget dit, l’intelligence c’est ce que l’on ne sait pas. Ils nous disent comme Lao Tseu, le Vinci et Machiavel, on ne sait pas où l’on est, on ne sait pas où l’on va, on ne sait pas s’il faut s’en inquiéter ou pas. Les certitudes cela n’existe pas. Sauf une, la vie, comme la lumière du soleil, cela brille un temps et puis cela s’éteint, quoi que, en est-on vraiment sûr ? Cela demande à être vérifié scientifiquement. Pour Epicure, la mort n’existe pas. Avec un livret A, la vie à taux fixe est assurée, enfin peut être. Quitter le monde réel plein d’incertitudes pour un monde artificiel augmenté rempli de certitudes.

Avec les sciences artificielles augmentées, on peut savoir comment fonctionne un rein, un cœur, un foie, un cerveau, un crocodile, une punaise de lit, un acarien, une startup, le réchauffement climatique, peut-être. Il n’y a pas de microbe, bactérie, virus ou champignon en salle blanche. La salle blanche des laboratoires est une citadelle inviolable. Le doute, le questionnement, le tâtonnement, les fausses croyances, la controverse, la perplexité, le flottement, la valse-hésitation, l’obscurité, la crainte, la méfiance, l’appréhension, la peur, il va falloir apprendre à vivre avec. Un staphylocoque doré ou démuni, il ne va pas lire les procédures ou la notice de certification, pour se payer un séjour en lieu stérile.

A muraille, passe-muraille. A certitude, incertitude. A peste, choléra. A hygiène, pollution. A réussite, faillite. A jeunesse, fatalité. Penser à toutes les belles personnes, à toutes les vilaines personnes, aux génies, aux limités, aux grands, aux petits, aux dominants, aux soumis, croisés au gré du chemin de la vie, qui ne sont plus physiquement présents, mais qui circulent toujours dans votre esprit. Faire un bilan. Il faut l’avouer, c’est un capital humain de folie.

Les débats philosophiques ouverts ou fermés, avec ces nouvelles technologies, y aller ou s’en méfier ? S’y précipiter sans crainte comme un enfant ! Les erreurs ou les accidents nous feront découvrir les mondes nouveaux.






 
 

AGEFI




...