Quand la Suisse s’éveillera…

dimanche, 17.05.2020

Une certaine jeunesse, non avide de pouvoir, mais de vision clairvoyante. Une nouvelle ambition pour la Suisse, peut-être.

Pécub

Incroyable mais vrai, lors des discours de la fête nationale du 1er août, cette année-là, aucun orateur n’a évoqué le Covid-19.

Le monde changera, peut-être. Le grand timonier à sept têtes, guide suprême fédéral se déclarant fédérateur, s’ouvre peut-être, à certaines contestations de place fédérale. Peuple austère ayant transmuté la bureaucratie en culte ostentatoire, placé ses élus arbitraires au-dessus des podiums d’excellence, nivelé les imaginations au niveau des devoirs, gratifiant de héros les soumis de l’obéissance, prend conscience d’une autre Suisse possible. Peut-être. Une certaine jeunesse, non avide de pouvoir, mais de vision clairvoyante. Une nouvelle ambition pour la Suisse, peut-être.

La Suisse des enfants, la Suisse qui fera trembler le monde avec ses envies de montagnes fleuries, de lacs et rivières aux phytoplanctons solaires et poissonneux, de forêts aux infinies biodiversités, de cités rupestres habitées de bonnes fées et de lutins joyeux, d’un Palais des 26 Royaumes où crèchent dans l’amour et la paix, sept chérubins remplis de bonnes idées et de projets merveilleux, Viola, Guy, Karin, Alain, Simonetta, Ignazio, Ueli, la Suisse de tous les possibles. Le 1er août approche, jour fondateur des discours, tu m’as dit d’aimer, et j’obéis, Grand Vivant protège mon pays.

La Suisse agent de liaison, à l’écoute de toutes les nations, à chaque début de discorde un chef d’œuvre spontané de concorde. La Suisse Hippocrate d’une planète en perpétuelle santé, aux talents immunitaires soignants de générosité. La Suisse des forêts tropicales et des déserts fertiles, de l’environnement salutaire, des banquises propriété des phoques et des ours polaires. La Suisse des transports zéro carbone, du train gratuit et des sentiers pédestres autonomes. La Suisse de la photosynthèse fleurie, du soleil radieux débordant d’énergie. La Suisse de toutes les langues et de tous les langages, de la communication sans barrière ni barrage. La Suisse d’aucune Police, d’aucun tribunal et de toutes les justices. La Suisse de l’imagination, des écoles peuplées de poètes, d’inventeurs et de génies. La Suisse toujours prête à mettre le feu au lac. La Suisse de Guillaume, de Fritz, de Ruth et d’Henri. La Suisse des petits enfants grands d’esprit.

Quand la Suisse s’éveillera… cela se verra, cela s’entendra, cela se ressentira et le monde entier en parlera. Incroyable mais vrai, lors des discours de la fête nationale du 1er août, cette année-là, aucun orateur n’a évoqué le Covid-19.

Il reste deux mois pour se préparer.






 
 

AGEFI



...