Une bonne et une mauvaise nouvelle

jeudi, 27.09.2018

Anne Tschanz Vakula*

Anne Tschanz Vakula

J’ai une mauvaise et une bonne nouvelle pour ceux qui détestent le mélange «football, business et argent».

La mauvaise nouvelle c’est que la corrélation football- respectivement «sports»-business-argent va continuer à augmenter pour de très nombreuses raisons.
Un chiffre et deux comparaisons: le transfert de Kylian Mbappé à  180 millions d’euros représente l’achat d’environ 10.588 Renault Clio, de quoi remplir plusieurs stades. Cependant, rien que pour l’année 2017 Tim Cook, le CEO d’Apple, a perçu une rémunération totale de 102 millions de dollars.

Si l’on se place du point de vue d’un investisseur dans un club, le profil rendement risque est lui assez comparable à celui d’un investissement dans une start-up ou une société de biotechnologies. Des événements tels que «marquer un but» et «la molécule découverte deviendra un médicament révolutionnaire qui va générer des milliards de revenus» connaissent des niveaux d’incertitude et donc des probabilités de risque comparables.
PlayChip qui est une société commerciale déjà rentable, est tellement convaincue que l’industrie du sport va continuer à attirer de l’argent, qu’elle a décidé de lancer une ICO (avec un objectif à 90 millions de dollars) pour financer une plateforme blockchain afin de développer «une offre de paris en ligne transparente, et un environnement de jeu équitable». D’autres start-up utiliseront l’intelligence artificielle (qui permet des calculs complexes rapides et qui intègre le «machine learning» aux programmes qui l’utilisent) et le Big Data, pour offrir une manière plus fine de valoriser joueurs et clubs et ainsi vendre leur estimations de valorisation et conseils pour de futures transactions à des propriétaires de club.

La bonne nouvelle est que cette hausse s’accompagne d’une augmentation identique des éléments suivants: règlements, éthique, morale, gouvernance, et lourdes sanctions et amendes en cas de violation. En contrepartie d’un afflux d’argent qui semble éternel et illimité, personne ne veut plus de matchs truqués, de délits d’initiés (entre joueurs, agents et autres intermédiaires), de corruption de directeurs de fédérations, de comportements inacceptables sur et en dehors de la pelouse.

Les matchs de football sont regardés par des milliards d’individus, y compris des enfants, et au bout du compte ce sont surtout ces spectateurs -vous et moi-  qui génèrent la manne divine… les fameux droits de retransmission, émanation directe de l’audience.
Le football en particulier apporte à un très grand nombre de passionnés des émotions sans prix mais à un prix souvent très raisonnable voire bas (abonnement TV, billet d’entrée à des matchs). Pour quelles raisons, au nom de quel tabou ne pourrait-il pas rimer également avec des profits très élevés pour ceux qui y investissent et y risquent l’intégralité de leur investissement?

Le 2 février 2012, le conseiller d’un oligarque russe déclarait (en précisant que l’auteur était Giovanni Agnelli) à Monaco Hebdo qu'«il y a trois façon de perdre de l’argent: les femmes, c’est la plus agréable; le casino, c’est le plus excitant; et le football, c’est le plus sûr!». Aujourd’hui je suis ravie que ces messieurs soient quotidiennement démentis en ce qui concerne le football tout du moins (je me réserve une autre chronique pour répondre à l’insulte faite aux femmes).

Le mariage «sport et argent» n’a rien d’indécent à la condition et aussi longtemps que les acteurs impliqués respecteront des règlements stricts, un niveau d’éthique élevé et les valeurs sportives qui sont intuitivement et heureusement universelles.

L’un de mes objectifs professionnels et personnels, en collaboration avec des équipes fantastiques basées aux quatre coins du monde, est de pouvoir un jour offrir des opportunités d’investissements aussi attractives et profitables, mais sans les risques de perte en capital, dans le domaine de la protection de l’environnement et du combat contre le changement climatique. ICO et IA seront également au rendez-vous.

* Directrice, Sergan Management






 
 

AGEFI



...