Assurance-vie: affaires et rendements en repli dans la prévoyance privée

vendredi, 08.09.2017

Un rapport de la FINMA révèle une baisse des volumes des primes encaissées et des résultats d'exploitations dans le domaine des assurances-vie.

Pour la FINMA, le repli des primes est due au repli de conclusion de contrat dans dans le domaine de l'assurance complète. (Keystone)

Après sept années consécutives de croissance, les assureurs-vie privés suisses ont vu leurs affaires fléchir l'an dernier dans le domaine de la prévoyance professionnelle privée. Tant le volume des primes encaissées que leur résultat d'exploitation se sont tassés.

Sur l'année sous revue, les primes du 2e pilier ont diminué de 6% au regard de 2015 pour s'établir à 23 milliards de francs, écrit vendredi l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) dans son 12e rapport sur la transparence de la prévoyance professionnelle privée. Le document porte sur les huit assureurs-vie soumis à la surveillance du gendarme des marchés financiers.

Ces compagnies actives dans le domaine de la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité gèrent pas moins d'un cinquième de l'ensemble des avoirs de prévoyance en Suisse, soit, selon des chiffres de 2015 197 milliards de francs sur 983 milliards. Elles assurent près de la moitié de 4,1 millions d'assurés actifs et les rentes de 20% du 1,1 millions de bénéficiaires.

La FINMA attribue le repli des primes au fait que les assureurs limitent de plus en plus fortement la conclusion de nouvelles affaires dans le domaine de l'assurance complète. Aucun d'entre-eux ne propose de capacité supplémentaire et le marché suisse n'a pas connu de nouveau prestataire depuis plus de dix ans.

Produits en baisse 

L'autorité de surveillance explique le phénomène par le caractère insuffisant de l'indemnisation par rapport au capital nécessaire à la couverture des promesses de prestations. Les produits des assureurs passés sous revue ont eux fléchi de 5,7% à 8 milliards de francs, un montant redistribué aux assurés à hauteur de 92,7%.

En 2016, les provisions techniques ont été renforcées de 1,6 milliard de francs. Quant au résultat sur placements, il s'est inscrit à 2,6%, enregistrant un 2e recul consécutif, après avoir atteint 3% l'année précédente et 3,2% en 2014.

Entre 2005 et 2016, le rendement net moyen annualisé des placements en capitaux s'est élevé à 2,96%. Le tassement des rendements des placements reflète un niveau toujours extrêmement bas des taux d'intérêt. Dans ce contexte, les assureurs-vie ont abaissé le taux d'intérêt technique pour le calcul des provisions mathématiques des rentes à 1,43% en moyenne.

En prenant en compte les fluctuations de valeurs de capitaux placés, la performance a atteint 3,3%, contre 1,9% en 2015. Cette valeur, bien inférieure aux 8,6% atteints en 2014, illustre la forte exposition de ce secteur aux risques liés au marché des capitaux.

 

Charges en baisse

L'an dernier, ces firmes ont réduit, pour une 9e année consécutive, leurs frais d'exploitation. Ces derniers se sont élevés en moyenne à 314 francs par assuré, alors qu'ils se hissaient encore à 462 francs en 2007.

Après deux replis successifs en 2014 (-13%) et 2015 (-5%), la charge de sinistre est restée stable en 2016. Couplée à la légère diminution des recettes de primes, la stagnation s'est soldée sur un taux de sinistres de 56%. (awp)

 

 


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...