Un portefeuille solide avec des actions suisses

lundi, 20.04.2020

Quel est le meilleur moment pour acheter à nouveau des actions suisses ? Actuellement, la période est tout au moins favorable, mais nul ne peut dire s’il s’agit vraiment du meilleur moment.

Mario Geniale *

Mario Geniale

Du fait de son orientation défensive, le marché actions suisse offre des occasions propices à la constitution ou à l’élargissement d’un portefeuille de placements solide.

Dans le contexte de la crise liée au coronavirus et du choc pétrolier depuis la mi-février, le SMI a certes enregistré des baisses mais qui sont inférieures de moitié environ à celles subies par les autres indices tels que le Dow Jones ou l’Euro Stoxx 50. Les pays émergents, à l’exception de la Chine, ont été très durement touchés, avec des chutes de cours autour de 50 % parfois. En comparaison, les marchés actions suisses ont donc bien résisté, même si certains secteurs ont connu des liquidations partielles.

De nombreux investisseurs souhaiteraient effectuer à nouveau des placements et se demandent quel serait le meilleur moment pour acheter. Le marché actions se trouve actuellement dans une phase de stabilisation mais il est quasiment impossible de déterminer quand le mouvement de correction atteindra son plus bas. Néanmoins, des possibilités de placement très intéressantes apparaissent précisément maintenant pour ceux qui voulaient de toute façon investir et qui ont un horizon de placement de 5 ou 7 ans.

Sociétés de premier ordre recherchées

C’est donc actuellement un moment propice pour réinvestir progressivement ou pour constituer un portefeuille d’actions suisses avec des sociétés de premier ordre.

Bien que les banques centrales injectent massivement des liquidités sur les marchés et que les gouvernements mettent en place d’énormes plans budgétaires, il faut s’attendre à une récession mondiale au premier semestre 2020. Les consommateurs sont inquiets et les taux de chômage augmentent partout. De plus, les prévisions de gains des entreprises doivent être revues à la baisse, parfois fortement. La Suisse ne peut échapper non plus à cette évolution globale et, en l’état actuel de la situation, devrait connaître un recul de 3 % de son PIB. Les branches de l’industrie, des matières premières et des biens de consommation cyclique sont particulièrement affectées. Les incertitudes entretiennent une volatilité sur les marchés actions qui devrait encore durer un certain temps.

D’ici un ou deux mois le SMI se situera dans une fourchette entre 8 000 et 9 500 points. Mais grâce à sa forte pondération en entreprises non cycliques dans les secteurs de la consommation de base et de la santé, le SMI dépassera vraisemblablement la barre de 10 000 points d’ici la fin de l’année 2020. À plus long terme, les actions suisses devraient pouvoir atteindre à nouveau un rendement moyen de l’ordre de 6 % par an. Il n’existe donc aucune véritable alternative aux actions, dans le futur non plus, car les obligations ne procurent toujours qu’un faible rendement. Et les placements alternatifs ne sont guère appropriés pour un investisseur privé. Un portefeuille équilibré devrait comprendre à peu près 40 % d’obligations pour se préserver d’une volatilité accrue, autour de 10 % de liquidités et environ 50 % d’actions.

Nestlé, Novartis et Roche incontournables

Suite à la forte baisse des cours, des actions de qualité mais qui étaient encore chères récemment offrent à présent des possibilités de placement intéressantes. Il est déterminant d’axer son choix sur des entreprises répondant aux exigences élevées de qualité quant au bilan, au management et aux perspectives. C’est le cas en Suisse des trois poids lourds que sont Roche, Novartis et Nestlé qui devraient être la base d’un portefeuille d’actions suisses à hauteur d’environ 10 % chacun. Les deux groupes pharmaceutiques représentent une occasion d’achat attrayante du fait de leur valorisation modérée et de leur faible taux d’endettement. La récession ne devrait avoir qu’une faible incidence sur les gains de ces entreprises et, à moyen terme, la nette tendance au vieillissement de la population ouvre des perspectives de croissance soutenue. Nestlé, plus gros producteur mondial de denrées alimentaires, est pratiquement immunisé contre les fluctuations conjoncturelles et de ce fait, toujours recherché par les investisseurs.

Mais des titres cycliques répondant aux exigences élevées de qualité devraient également figurer dans un portefeuille d’actions suisses. En outre, dans le segment Small & Mid Cap, il existe quelques entreprises bien gérées qui ont d’excellentes perspectives de croissance. Des sociétés de tradition suisse comme par exemple Lonza, Schindler, LafargeHolcim ou Straumann ont aussi leur place dans un tel portefeuille.

* CIO de la Banque CIC






 
 

AGEFI



...