Assurances sociales: vers une nouvelle administration des fonds de compensation

mercredi, 07.06.2017

Un nouvel établissement de droit public, baptisé compenswiss, administrera les fonds de compensation de l'AVS, de l'AI et du régime des allocations pour perte de gain (APG).

Un nouvel établissement de droit public, baptisé compenswiss, administrera les fonds de compensation de l'AVS, de l'AI et du régime des allocations pour perte de gain (APG).

Un nouvel établissement de droit public, baptisé compenswiss, administrera les fonds de compensation de l'AVS, de l'AI et du régime des allocations pour perte de gain (APG). Le National a porté la dernière main mercredi à cette réforme en éliminant la dernière divergence.

Seule l'UDC a encore milité pour dispenser le conseil d'administration de compenswiss de l'aval du Département fédéral de l'intérieur (DFI) lorsqu'il édicte le règlement d'organisation. Par 118 voix contre 70, le National a finalement accepté l'exigence d'un feu vert du DFI.

Selon ses partisans, elle s'impose pour des raisons de politique financière. L'Etat doit garder un certain contrôle car il contribue à hauteur de plus de 10 milliards au financement des assurances sociales.

L'essentiel des débats au Parlement sur cette loi qui doit clarifier la situation juridique des fonds et pallier leurs difficultés de représentation a porté sur la surveillance de compenswiss. Le Conseil fédéral nommera l'organe de révision sur proposition du conseil d'administration.

Le gouvernement voulait au départ que le Contrôle fédéral des finances se charge dans tous les cas de la révision. Le Conseil des Etats voulait dans un premier temps laisser le conseil d'administration choisir librement un organe indépendant chaque année.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'assainissement de l'assurance invalidité, en 2011, les fonds de compensation des trois assurances sont gérés conjointement, mais ils sont juridiquement autonomes. Le bilan et le compte de résultats de chaque fonds sont tenus séparément, les placements et les liquidités sont administrés en commun.

Cette situation est problématique pour les opérations de placement, surtout sur le marché financier international. Les fonds de compensation ne sont en effet pas perçus par tous les acteurs financiers comme des partenaires à part entière.

Le nouvel établissement de droit public sera facilement identifiable. La séparation financière des fonds de compensation des trois assurances ne change pas. Aucun financement croisé n'est admis même si la fortune des trois fonds continuera en principe d'être placée en commun.

Compenswiss devra assurer en tout temps les liquidités nécessaires aux paiements des prestations légales et investir la fortune de manière à garantir un rapport optimal entre la sécurité et le rendement. L'établissement devrait aussi se voir accorder le statut d'employeur. Son personnel restera toutefois soumis au droit public.

Contrairement aux fonds de compensation de l'AVS, de l'AI et du régime des APG, compenswiss sera soumis aux règles régissant les marchés publics (sauf pour les mandats de gestion de fortune).

Le Parlement a souscrit aux modalités définies par le Conseil fédéral pour le remboursement de la dette de l'AI envers l'AVS. Jusqu'au désendettement complet de l'AI, la part des avoirs en liquidités et en placements du Fonds de compensation de l'AI excédant en fin d'exercice 50% des dépenses annuelles sera créditée au Fonds de compensation de l'AVS.

Jusqu'à la fin du financement additionnel par la TVA, la Confédération supportera la charge annuelle des intérêts sur le report des pertes de l'AI. Puis dès 2018, l'AI reprendra le fardeau.

Le conseil d'administration de compenswiss fixera le taux d'intérêt applicable en veillant à ce qu'il soit conforme aux conditions du marché.(awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...