Axpo: un logiciel inadapté mis à jour à la centrale de Beznau

jeudi, 08.02.2018

Un logiciel inadapté à l'alimentation autonome de secours a été utilisé dans les deux tranches de la centrale nucléaire de Beznau (AG). Une mise à jour du logiciel a permis de corriger l'erreur de conception, selon l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire IFSN.

C'est lors d'une analyse du comportement du système que l'exploitant de la centrale a constaté l'erreur en question.

D'un point de vue sécuritaire, la défaillance a revêtu de l'importance surtout pour la tranche 2 pendant la période d'exploitation 2016/2017, indique jeudi l'IFSN sur son site Internet. Quant à la tranche 1, il n'y avait pas d'éléments combustibles dans son coeur à ce moment-là.

Dans le cadre du projet "Autanove", les deux tranches de la centrale ont été rééquipées d'alimentations électriques autonomes de secours conçues pour résister à un tremblement de terre de sécurité (SSE). Lors d'un tel incident, il est possible que la structure subisse des dommages limités, mais elle ne doit pas s'effondrer.

Erreur signalée par la centrale

C'est lors d'une analyse du comportement du système que l'exploitant de la centrale a constaté l'erreur en question, soumise au devoir de notification, lit-on dans le descriptif de l'incident de l'IFSN. Cette erreur aurait eu pour conséquence que le groupe électrogène de secours à moteur diesel, nécessaire pour maîtriser un tel tremblement de terre, aurait été désactivé, contrevenant ainsi au principe capital d'autarcie.

"La cause directe de la défaillance se trouvait dans un 'software' qui n'était pas adapté à l'alimentation autonome de secours", écrit l'IFSN. Le logiciel employait pour le groupe électrogène de secours le principe "ce qui est éteint est sûr". Or, l'exigence d'autarcie électrique veut que, en cas de tremblement de terre de sécurité, le principe "ce qui est en marche est sûr" s'applique.

Plus en amont, la cause de l'erreur se situe dans la communication avec le fournisseur. L'exigence d'autarcie pour l'alimentation d'électricité de secours "n'était pas formulée de façon assez claire dans les spécifications de l'offre", estime l'IFSN. La déviation du principe d'autarcie n'a donc pas été constatée lors du contrôle des documents du fournisseur.

La mise à jour du logiciel a permis de corriger l'erreur dans les deux tranches de la centrale. Dans la tranche 2, la correction a eu lieu avant le redémarrage de l'installation. La tranche 1 est à l'arrêt depuis mars 2015. (awp)






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...