Des piles à combustible pour rendre les croisières plus écologiques

mardi, 22.01.2019

Un chercheur de l’EPFL a développé un système de piles à combustible pour réduire l’empreinte carbone et la consommation des bateaux de croisière, un mode de vacances de plus en plus prisé dans le monde.

Un bateau de croisière nécessite des dépenses énergétiques importantes.(Pixabay)

Passer quelques semaines au fil de l'eau sur un navire grand luxe séduit un public grandissant. Les croisières pourraient donc se multiplier dans les années à venir. Mais ce mode de vacances n'est pas sans conséquence.

Véritable hôtel flottant abritant plusieurs centaines de passagers, un bateau de croisière nécessite des dépenses énergétiques importantes pour le chauffage, l'électricité, l'ai conditionné et les multiples demandes de la vie à bord.

Francesco Baldi, chercheur au sein de l’Industrial Process and Energy Systems Engineering Group (IPESE) de l’EPFL, a développé des solutions pour rendre les bateaux de croisière plus écologiques.

"Il est plus facile de limiter les dépenses énergétiques d’un navire marchand, car presque toute l’énergie sert à la propulsion, contrairement aux multiples demandes du bateau de croisière", explique le chercheur. Francesco Baldi a travaillé à réduire les émissions de CO2 en optimisant au maximum chaque système du bateau, voir même son design. Une réduction potentielle de 6 à 10% des émissions de C02 sur un navire équipé de moteurs diesel.

Piles à combustibles

Pas totalement satisfait de cette première solution, le chercheur s'est tourné alors tourné dans un second temps vers les piles à combustible. Les piles à combustibles à oxydes solides (SOFC) sont particulièrement appropriées pour les bateaux. Il suffit de trouver un usage à l’énergie excédentaire produite par leur fonctionnement permanent, indispensable pour éviter les long temps d’allumage.

C’est là qu’intervient Francesco Baldi: il a proposé d’adapter aux navires une solution développée au sein de l’EPFL pour transformer cette énergie inutilisée en hydrogène, qui sera ensuite stockée.

La pile à combustible imaginée pour les navires pourrait donc produire soit de l’électricité pour la consommation à bord, soit de l’hydrogène stocké pour un usage ultérieur. Un concept particulièrement adapté aux bateaux de croisière, d’après le chercheur de l’EPFL.

L’un des avantages des piles à combustible est qu’elles ne brûlent pas de carburant pour obtenir le produit final (dioxyde de carbone et eau), mais produisent de l’électricité au moyen d’une réaction chimique. Elles sont donc beaucoup plus écologiques que l’utilisation de carburants fossiles, et également plus efficaces : les piles à combustible développées à l’EPFL atteignent un taux d’efficacité de 75%, contre moins de 50% pour le moteur diesel le plus efficace.

Coût de production élevé

Seul bémol à ce stade : le coût de production de ces piles, actuellement dix fois supérieur au coût d’un moteur normal. "Mais ce coût baissera si la demande augmente ; de plus, le coût à long terme n’est que de 20-30% supérieur à un moteur standard, et ce type de carburant moins polluant serait positif pour l’image des compagnies maritimes."

A défaut de réglementation, l'Europe pourrait inciter les entreprises à s'équiper avec de telles piles à combustibles en prenant une partie des coûts en charge. 






 
 

AGEFI



...