Un «nouveau» futur émerge!

mardi, 17.09.2019

Xavier Comtesse*

Xavier Comtesse

Depuis la première révolution industrielle, la «machine» a joué un rôle clé dans l’évolution économique et sociétale: le train, la voiture, l’avion mais aussi les machines à laver, la photocopieuse, le fax puis l’ordinateur avant l’avènement du téléphone mobile, etc. l’évolution de notre société est ponctuée par l’apparition de nouvelles «machines» dédiées à notre confort et à l’efficacité du travail. Avec la révolution numérique, les choses vont encore drastiquement changer car elles deviennent «intelligentes», «virtuelles» et «omniprésentes» dans toutes sortes d’objets du quotidien.

En effet avec l’avènement des big data, de l’internet des objets (IoT) et de l’intelligence artificielle (IA), les algorithmes de type auto-apprenants font la loi. Curieusement (ou est-ce à propos), on les appelle «machine learning». 

Cette appellation n’est en fait pas usurpée car ce sont de véritables machines dont les rouages sont composés d’algorithmes.

Tout se passe avec des données (comme matière première) qui sont collectées, transformées, assemblées, packagées et valorisées sous forme de produits et savoirs nouveaux. L’économie se dématérialise en quelque sorte mais la création de valeur reste bien réelle.

Six pistes méritent d’être explorer pour mieux comprendre le futur de nos économies.

1. Le savoir: réservée pendant longtemps aux élites intellectuelles, la fabrication du savoir a trouvé un rival: l’intelligence artificielle. Celle-ci a fait son entrée dans la recherche, l’innovation et même dans les brevets. Cette nouvelle rivalité est perturbante. Une «machine» va prendre le dessus …peut-être?

2. L’autonomie et la collaboration des objets: jadis inertes, les objets se mettent à communiquer (IoT), à bouger tout seul (aspirateurs, tondeuses, etc.), à penser (Alexa et les assistants personnels), à collaborer (Cobots)… bref, ils s’autonomisent du dictat de l’homme…jusqu’où?

3. La compétitivité des entreprises: une nouvelle chaîne de valeur, que l’on va nommer 4.0 émerge. Elle intègre les big data et l’IA. Les entreprises font leur révolution pour la quatrième fois. Plus rien ne sera comme avant dans le monde de la création de valeur.

4. La productivité: des systèmes comme ceux de la santé ou de la nutrition vont connaître une formidable croissance de productivité. La médecine va être mesurée en termes de productivité comme l’agriculture et la chaine alimentaire. Le juste prix des actes médicaux et des produits agricoles apparaîtront alors. De gros bouleversements s’annoncent.

5. La prédiction: on passe d’un système de prévision (météo, indicateurs économiques, etc.) à un système de prédiction. Ce qui change, c’est l’extraction de connaissances prédictives dans des masses considérables de données accumulées. La maintenance industrielle ou la médecine de précision seront par exemple, des champs d’activités économiques d’importance. 

6. Les écosystèmes: décrit aujourd’hui comme inclusif, les écosystèmes vont être à l’avenir exclusif (dans le sens d’accaparent). Par exemple, le monde d’Apple ou de Google seront exclusifs. Des tribus économiques vont naître. Dépendantes des plateformes de sur-traitance ceux-ci seront coupés les uns des autres. Les chinois de Tencent, les coréens de Samsung contre les américains d’Amazon ou de Facebook. La guerre des écosystèmes ne fait que commencer.

* Mathématicien






 
 

AGEFI




...