Twitter signale une vidéo manipulée par l'équipe de Donald Trump

mardi, 10.03.2020

Twitter a utilisé pour la première fois le tag "média manipulé" sous une vidéo publiée par le responsable réseaux sociaux de la Maison Blanche.

SG

L'extrait vidéo laisse croire à tort que Joe Biden a accidentellement apporté son soutien à Donald Trump.

"Manipulated media": cette étiquette est apparue pour la première fois sur Twitter le week-end dernier, selon le Washington Post. Le tag a été utilisé pour signalé que le contenu d'un clip, publié dimanche par le responsable réseaux sociaux de la Maison Blanche, Dan Scavino, et retweeté par Donald Trump, était manipulé. 

L'extrait vidéo de 13 secondes contient une partie d'un discours de Joe Biden laissant croire à tort que le candidat démocrate a accidentellement apporté son soutien à l'actuel président des Etats-Unis.

Dans le clip publié par Dan Scavino, Joe Biden trébuche sur une ligne pendant son discours, puis déclare: "Excusez-moi. Nous ne pouvons que réélire Donald Trump." La deuxième partie de la phrase de Joe Biden est toutefois coupée. L'entier de la citation du candidat démocrate est: "Excusez-moi. Nous ne pouvons que réélire Donald Trump si nous nous engageons dans ce peloton d'exécution (réd: entre nous). Il faut que ce soit une campagne positive."

Twitter a étiqueté le clip avec le label "média manipulé" environ 18 heures après la publication de la vidéo, indique le Washington Post. Ce mardi, la vidéo affichait plus de 6,7 millions de vues et comptait plus de 26'000 retweets. 

Après avoir vu le tag, Dan Scavino a déclaré dans un tweet que sa vidéo n'était "pas manipulée" et a retweeté un message d'un internaute jugeant que Twitter créait un "dangereux précédent".

L'étiquette "média manipulé" est un des moyens mis en place par les réseaux sociaux après l'élection présidentielle américaine de 2016 pour tenter d'enrayer la propagation de fausses informations. 

La nouvelle politique de Twitter en la matière est entrée en vigueur le 5 mars, indique le Washington Post. Cette politique couvre les médias synthétiques et manipulés "susceptibles d'avoir un impact sur la sécurité publique ou de causer un préjudice grave".






 
 

AGEFI



...