Trois cigarettiers condamnés en appel au Québec

samedi, 02.03.2019

Trois fabricants de cigarettes ont été condamnés à verser plus de 15 milliards de dollars canadiens de dommages et intérêts à des dizaines de milliers de victimes québécoises du tabac.

"On est déçu de la décision qui a été rendue aujourd'hui", a réagi Eric Gagnon un porte-parole d'Imperial Tobacco. (Keystone)

La cour d'appel du Québec a confirmé vendredi la condamnation historique de trois fabricants de cigarettes à verser plus de 15 milliards de dollars canadiens de dommages et intérêts à des dizaines de milliers de victimes québécoises du tabac.

Les trois multinationales condamnées – British American Tobacco (BAT) par le biais de sa filiale canadienne Imperial Tobacco Canada, Rothmans Benson & Hedges et Japan Tobacco International–, ont un mois pour lancer un éventuel recours devant la cour suprême canadienne.

Lors d'un jugement en première instance qualifié d'historique en juin 2015, la cour supérieure du Québec avait condamné les trois fabricants à verser 15,5 milliards de dollars canadiens (10,2 milliards d'euros) de dommages et intérêts aux victimes, fumeurs ou ex-fumeurs atteints d'emphysème, de cancer du poumon ou de cancer de la gorge.

Cette somme devrait être portée à plus de 17 milliards de dollars en 2019 en additionnant les intérêts, selon les médias.

Une procédure lancée en 1998

Le tribunal montréalais avait été saisi dans le cadre de deux recours collectifs intentés depuis 1998 et représentant plus d'un million de Québécois dont certains fumaient depuis les années 1960. Le procès en nom collectif ne s'était ouvert qu'en mars 2012.

"On est déçu de la décision qui a été rendue aujourd'hui", a réagi un porte-parole d'Imperial Tobacco, Eric Gagnon, devant les journalistes. "Comme l'avait démontré le jugement de première instance, on l'avait souligné, les consommateurs et les risques associés au tabagisme sont connus au Canada. On ne devrait pas être tenus responsables".

A l'inverse, les avocats des plaignants se félicitaient de la décision "historique" de la cour d'appel, la qualifiant même de "chef-d'oeuvre".

"Le jugement reprend les conclusions de première instance, les solidifie et confirme que les compagnies ont conspiré pendant 50 ans pour mentir au public", a déclaré aux médias l'avocat André L'Espérance.

"C'est une victoire totale, sur tous les fronts", a résumé son collègue Philippe Trudel.

Le juge de première instance avait retenu quatre accusations principales contre les trois multinationales, dont les manquements au "devoir général de ne pas causer un préjudice à d'autres" et au devoir "d'informer ses clients des risques et des dangers de ses produits".

"Au cours des quelque 50 années de la période couverte par les recours collectifs, et pendant les dix-sept années qui ont suivi, les sociétés ont gagné des milliards de dollars aux dépens des poumons, des gorges et du bien-être général de leurs clients", avait souligné le magistrat dans un jugement fleuve de 276 pages. (awp)






 
 

AGEFI



...