Transmission d’entreprise: les financements alternatifs

mercredi, 25.07.2018

Cyril Schaer*

Cyril Schaer

Une opération de reprise d’entreprise doit être souvent financée par des sources de financement externes puisqu’il est rare que les fonds propres du repreneur soit suffisants. Il y a bien sûr l’emprunt classique auprès d’une banque ou d’un organisme de crédit, mais il existe d’autres modes de financements alternatifs.

Emprunts convertibles en actions

Des investisseurs privés qui veulent faire fructifier leur capital via le financement d’entreprises ou des personnes physiques qui investissent pour leur propre compte peuvent entrer dans le capital d’une entreprise. Par exemple sous la forme d’un emprunt convertible en actions. Il s’agit d’un emprunt qui, à terme et selon les normes de la convention, peut se transformer en actions ou être simplement remboursé à l’échéance du prêt. Des obligations d’emprunt sont émises et un prix de conversion est déterminé par avance. Elles donnent droit au souscripteur à un revenu annuel minimal, dont le taux est en principe inférieur à celui d’une dette obligataire classique. L’avantage des emprunts convertibles est que l’acquéreur peut diminuer son endettement externe. Il peut par ailleurs choisir de convertir ses obligations en actions, si les résultats de l’entreprise sont satisfaisants et si la convention le permet. Enfin, si l’emprunteur est l’entreprise, la dette convertie vient renforcer ses fonds propres.

Ce mode de financement donne dans un premier temps à l’investisseur le statut de créancier, ce qui lui permet d’être remboursé de manière prioritaire sur les actionnaires en cas de défaillance de l’entreprise. Il implique par contre un risque de perte du contrôle de l’entreprise, en plus du risque de mésentente entre les investisseurs et le repreneur. C’est pourquoi il devra s’assurer de conserver son pouvoir de gestion, en particulier si les investisseurs sont uniquement à la recherche d’un rapide retour sur investissement.

Autres acteurs privés ou publics

Une multitude d’acteurs peuvent constituer des sources de financement plus ou moins intéressantes. Famille ou proches (love money) et clients peuvent octroyer un prêt ou investir directement dans l’entreprise. Les employés peuvent également entrer dans le capital. Les fournisseurs peuvent accorder au repreneur des avances sur commissions en espèces. Enfin, une alternative au financement ordinaire via une collecte de fonds auprès de personnes physiques existe sous la forme de donations (crowd-donating), de prêts (crowd-lending) et d’entrée au capital (crowd-investing).

Quel que soit le mode de financement choisi, il est recommandé de bien analyser les tenants et les aboutissants de la transaction et le mécanisme de récolte et de virement de fonds. Le repreneur à la recherche de moyens de financement doit donc considérer son environnement dans son ensemble. Il peut ainsi utiliser plusieurs méthodes de financement. Le choix des méthodes dépendra des objectifs du repreneur et de ceux des partenaires financiers auxquels il s’est adressé.

" Centre Patronal






 
 

AGEFI




...