Belimo ressort par le haut à fin 2019 avec un bénéfice net qui explose

lundi, 09.03.2020

Tous les indicateurs sont au vert pour Belimo qui termine l'exercice 2019 avec un bénéfice net en forte hausse à 121,1 millions de francs.

La plus grosse surprise est venue du dividende qui sera proposé à 150 francs alors que les analystes indiquaient 112 francs.(Keystone)

Belimo a enregistré un bénéfice net en forte hausse , de 17,5%, à 121,1 millions de francs, alors que le consensus AWP tablait sur un modeste 104,3 millions.
Lundi le communiqué du groupe qui fabrique des servomoteurs et clapets pour systèmes de ventilation et hydrauliques annonce également un bond de 17,9% du résultat d'exploitation (Ebit) à 123,9 millions, contre 103,8 millions en 2018, ce qui est également mieux que le consensus AWP qui prévoyait 122,4 millions.
La société zurichoise avait déjà informé au début 2020 sur l'évolution de son chiffre d'affaires: 692,7 millions de francs, en progression de 7,8% par rapport à l'exercice précédent.
Mais la plus grosse surprise est venue du dividende qui sera proposé à 150 francs alors que les analystes d'AWP indiquaient 112 francs.
Pour l'exercice 2020 Belimo continue d'être confiant mais s'attend néanmoins à un chiffre d'affaires légèremment en dessous de sa moyenne sur 5 ans.(awp)

 

Rester la meilleure entreprise de son secteur

Belimo a présenté une excellente performance en 2019, notamment en ayant de nouveau affermi son leadership en termes de solutions. Belimo a investi l’an dernier 7,3% (7,4% en 2018) de son chiffre d’affaires net dans la recherche et développement (R&D). Les différentes applications de Belimo permettent de gérer l’énergie de manière très efficiente. Parties de zéro, les applications liées à l’eau représentent aujourd’hui un peu plus de 300 millions de francs (44% du chiffre d’affaires en 2019, 56% concernant l’air). De même, les capteurs intégrés aux servomoteurs et clapets gagnent progressivement du terrain dans la cadre de la stratégie de croissance à long terme de Belimo. Celle-ci ne sera pas freinée. Belimo continue à investir dans ses initiatives de croissance. Certes, la croissance en 2020 se situera probablement en dessous de la moyenne des cinq dernières années, mais les tendances porteuses à long terme demeurent : l’urbanisation, le changement climatique et la numérisation. Avec ses solutions, Belimo contribue fortement à diminuer les émissions de CO2. A court et moyen terme, le coronavirus, la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, le Brexit et l’affaiblissement conjoncturel sont autant de défis. Belimo a jusqu’ici bien maîtrisé l’impact du coronavirus, particulièrement en ce qui concerne la chaîne d’approvisionnement. Cette entreprise demeure en mesure de livrer rapidement, ce qui constitue un avantage concurrentiel durable. Le but de Belimo est clair : être la meilleure entreprise de son secteur avec les meilleurs produits, conseils et solutions. Une régulation optimale de l’air à l’intérieur des bâtiments permet d’ailleurs de lutter contre les virus et le coronavirus notamment, ce dont peut justement profiter Belimo. Assurément, la valorisation de Belimo par le marché boursier reste très élevée, à un peu plus de 3,5 milliards de francs. Ce qui correspond à plus de 35 fois le free cashflow de 2019. C’est sans doute encore un peu haut pour acquérir une fraction de cette entreprise. En même temps, il est faux de vendre les actions d’une telle entreprise de qualité. Il faut les garder. Belimo va continuer à croître en tirant un rendement supérieurement élevé de ses capitaux investis. Le ROIC a atteint 27,8% en 2019, alors que le rendement des fonds propres (ROE) s’est élevé à 21%, hors impact fiscal favorable, avec un taux d’autofinancement (equity ratio) de 84,3% à fin 2019. Le ratio de liquidité immédiate (quick ratio) s’avère également impressionnant avec 344,3%.(Philippe Rey).   

 

 

 






 
 

AGEFI



...