Swatch ne prévoit pas de licenciements dans la production en Suisse

mardi, 14.07.2020

Le groupe Swatch, qui vient d'essuyer une perte de 308 millions au 1er semestre, ne veut pas tailler dans ses effectifs industriels en Suisse.

Les capacités de production devraient retrouver graduellement leur niveau habituel au cours des troisième et quatrième trimestres. (Keystone)

Nonobstant un impact drastique des mesures adoptées à l'échelle de la planète sur les ventes du groupe Swatch au premier semestre, l'horloger biennois promet une nouvelle fois de ne pas tailler dans son outil de production en Suisse.

"Swatch n'est pas un groupe qui licencie dans ses effectifs industriels en Suisse, y compris en période de crise", a assuré mardi à AWP un porte-parole.

Limitées au maximum au plus fort de la pandémie, les capacités de production devraient retrouver graduellement leur niveau habituel au cours des troisième et quatrième trimestres, avait au préalable assuré la direction dans une vidéo d'accompagnement des résultats semestriels.

Cette limitation se traduit pour l'heure par le maintien au chômage partiel de quelque 6000 collaborateurs en Suisse, tandis que 2500 autres compensent des heures supplémentaires ou ont opté pour un congé non payé. Les 8500 restants sont pleinement actifs.

Sur les 170 millions de francs environs de prestations d'assurance perçues au titre du chômage partiel, dont 150 millions dans le pays.

Le directeur général Nick Hayek a insisté sur le maintien d'une vive demande pendant la période de confinement, dont l'assouvissement aura ainsi été retardé plus que contrarié par la fermeture forcée de l'immense majorité des points de vente traditionnels.

L'emblématique patron a néanmoins aussi rappelé que la réduction de plus de 6% des effectifs à l'échelle mondiale répondait à la fermeture de nombreux points de vente à Hong Kong et aux Etats-Unis.

La région autonome chinoise est confrontée depuis des mois à une répression croissante de manifestations pro-démocratie. Les clôtures de boutiques aux Etats-Unis traduisent elles plutôt une anticipation de la péremption en 2021 du partenariat avec Calvin Klein.

Revenant sur le retour à la rentabilité prévu sur l'ensemble de l'exercice, Nick Hayek a prévenu que l'excédent ne sera dans tous les cas pas comparable avec celui affiché l'an dernier, qui représentait encore trois quarts de milliard de francs. (awp)

>> Lire aussi: Swatch essuie une perte de 308 millions au premier semestre






 
 

AGEFI



...