Bourse Zurich: les tensions Etats-Unis-Iran font rougir les indices

mercredi, 08.01.2020

Sur les 30 principales valorisations de la cote, neuf étaient dans le vert, Credit Suisse était stable et 20 plongeaient dans le rouge à la Bourse suisse ce mercredi matin.

Les vives tensions entre Washington et Téhéran affectent la Bourse suisse. (Keystone)

La Bourse suisse restait affectée mercredi matin par les vives tensions entre Washington et Téhéran. L'Iran a tiré des missiles cette nuit sur des bases utilisées par des militaires américains en Irak pour venger la mort de son général iranien tué par les Etats-Unis. Plusieurs compagnies aériennes, dont Lufthansa, ont annoncé dans la foulée suspendre les survols de l'Iran et l'Irak.

"Le billet vert est maintenant en hausse sur la journée contre les deux valeurs refuges (yen et franc suisse), parce que les marchés estiment qu'il est peu probable que la mesure de représailles iraniennes conduise à une réponse des Américains", note Activtrades dans un commentaire.

Au niveau macroéconomique, les commandes passées à l'industrie allemande ont nettement reculé sur un mois en novembre. En France, l'indice de confiance des ménages a enregistré en décembre sa première baisse depuis un an.

A 10h50 le Swiss Market Index (SMI) abandonnait 0,53% à 10'630 points, le Swiss Leader Index (SLI) 0,36% à 1638,60 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,50% à 12'859,87 points. Sur les 30 principales valorisations de la cote, neuf étaient dans le vert, Credit Suisse était stable et 20 plongeaient dans le rouge.

Sur la plus haute marche du podium se trouvait la volatile AMS (+2,5%).

Logitech (+0,7%) jouissait d'un relèvement d'objectif de cours par Goldman Sachs. Julius Bär (+0,6%) complétait le trio, devant ses homologues UBS (+0,1%) et Credit Suisse (stable).

Le gestionnaire d'actifs Partners Group prenait 0,5%, suite à une recommandation à l'achat émise par Credit Suisse.

Adecco (-0,6%) ne profitait pas d'un relèvement d'objectif de cours par UBS.

Parmi les poids lourds pharmaceutiques, le bon Roche limitait la casse (-0,2%) quand Novartis buvait la tasse (-0,8%). Nestlé était bon dernier (-0,9%), pénalisé par un abaissement par HSBC de son objectif de cours.

Les cycliques ABB et Kühne+Nagel, ainsi que Zurich Insurance (-0,9%) faisaient aussi grise mine.

Le mastodonte genevois de l'inspection et de la certification SGS (-0,3%) poursuit sa stratégie d'acquisitions complémentaires avec le rachat du laboratoire de tests cosmétiques texan Thomas J. Stephens & Associates, qui a généré l'an dernier un chiffre d'affaires de 15 millions de dollars.

Les principales familles actionnaires du constructeur d'ascenseurs et d'escaliers mécaniques Schindler (bon de participation -0,4%) ont convenu d'assurer la passation de pouvoir à leurs successeurs, avec une passation progressive de parts à la cinquième génération. Un premier transfert équivalent à plus de 300 millions de francs a été effectué en fin d'année dernière.

Sur le marché élargi, Ypsomed (+4,4%) était soutenu par une recommandation à l'achat, octroyée cette fois par Vontobel.

Le laboratoire Basilea Pharmaceutica (+4,3%) a publié un avant-goût de sa présentation pour une conférence à venir, mettant en exergue le succès commercial rencontré par son antifongique Cresemba (isavuconazole) dont la distribution est confiée à divers partenaires.

LM Group baissait modestement de 0,2%, malgré le solide soutien d'UBS pour son objectif de cours. (awp)






 
 

AGEFI




...