Les hésitations de Wall Street

samedi, 17.11.2018

Sur la semaine, les indices vedettes de Wall Street subissent un recul.

Les investisseurs sont très sensibles à tous les gros titres sur la guerre commerciale à laquelle se livrent Washington et Pékin depuis plusieurs mois, (Keystone)

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé vendredi, hésitant entre un regain d'optimisme sur le front commercial, la stabilisation des prix du pétrole et la faiblesse du secteur des semi-conducteurs.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,49% pour terminer à 25.413,22 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 0,15% pour finir à 7.247,87 points.

L'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,22% pour clôturer à 2.736,27 points.

La place new-yorkaise a démarré dans le rouge, fragilisée par les prévisions décevantes des groupes fournissant des semi-conducteurs Nvidia (-18,76%) et Applied Materials (+1,09%).

Ces prévisions sont de nature à relancer les interrogations sur un éventuel ralentissement à venir de la croissance. Et le marché "remet du coup en question les perspectives sur la croissance des bénéfices (des entreprises) et sa disposition à payer cher pour des bénéfices désormais moins assurés", a avancé Patrick O'Hare de Briefing.

Ces doutes sur la capacité des entreprises à dégager des profits toujours plus importants, en particulier dans le secteur technologique, pèsent fortement sur la cote ces derniers temps.

Sur la semaine, le Dow Jones a reculé de 2,2%, le Nasdaq de 2,1% et le S&P 500 de 1,6%.

Après quelques fluctuations en début de séance vendredi, les indices se sont toutefois nettement redressés après des commentaires du président américain assurant que la Chine souhaitait conclure un accord commercial.

Les investisseurs sont très sensibles à tous les gros titres sur la guerre commerciale à laquelle se livrent Washington et Pékin depuis plusieurs mois, en particulier à quelques jours d'un sommet du G20 où les dirigeants des deux pays se rencontreront.

Plusieurs analystes estiment que si un accord devait y être scellé, cela permettrait à la Bourse de New York de repartir franchement de l'avant après plusieurs semaines compliquées.

Mais ce rebond a été de courte durée, les indices piquant à nouveau du nez alors que la chaîne financière CNBC citait des sources de la Maison Blanche assurant qu'aucun accord n'était imminent et que Donald Trump ne faisait qu'exprimer son optimisme sur le sujet.

Pour Christopher Low de FTN Financial, Wall Street a aussi été aidée par le fait que les prix du pétrole n'ont pas accentué leurs pertes vendredi. Après six semaines de baisse, "on a peut-être atteint un plancher", a-t-il avancé.

L'indice qui représente les entreprises du secteur de l'énergie au sein du S&P 500 a pris 1,10%.

Sur le marché obligataire, le taux de la dette à 10 ans baissait vers 21H20 GMT à 3,072%, contre 3,110% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,323%, contre 3,359% à la précédente clôture. (awp)






 
 

AGEFI



...