Suzuki: bénéfice net en hausse malgré les changes

mardi, 05.02.2019

Sur la période d'avril à décembre 2018, le résultat net de Suzuki s'est élevé à 1,4 milliard d'euros. Un record.

Le constructeur a écoulé sur la période d'avril à décembre 2018 2,5 millions de voitures et 1,3 million de motos et scooters. (Keystone)

Le constructeur japonais de petites voitures et deux-roues Suzuki est parvenu à dégager un bénéfice net en hausse de 10% sur les neuf premiers mois de l'exercice 2018/19, mais sa rentabilité a pâti des devises.

Sur la période d'avril à décembre 2018, le résultat net s'est élevé à 180,8 milliards de yens (1,4 milliard d'euros au cours retenu par le groupe), un montant record sur neuf mois, selon le groupe.

En revanche, le bénéfice d'exploitation a reculé de 1,3%, "sous l'effet de la dépréciation des monnaies des pays émergents, en particulier de la roupie indienne, et d'une augmentation des frais de vente", a expliqué Suzuki dans un communiqué.

Le constructeur a écoulé sur la période 2,5 millions de voitures et 1,3 million de motos et scooters, en piste pour atteindre ses objectifs annuels: plus de 3,3 millions d'automobiles et 1,7 million de deux-roues d'ici à mars 2019.

Dans l'automobile, les bonnes performances au Japon permettent de compenser un abaissement des projections en Inde.

Dans l'archipel, le constructeur a écoulé sur la période davantage de mini-voitures ("kei cars"), dont la cylindrée du moteur est inférieure ou égale à 660 cm3, et de véhicules de gabarit classique. Au total, il a vendu 514.000 unités (+10%).

En Asie, son premier marché, Suzuki a affiché une hausse en Thaïlande, Indonésie ainsi qu'en Inde (+8% à 1,3 million de voitures) où il occupe une position dominante via la part majoritaire détenue dans le premier constructeur local, Maruti Suzuki.

Enfin, sa division des produits nautiques (moteurs de hors-bord) a enregistré des recettes en progression de 10,5%, tirée par l'Amérique du Nord.

Le groupe a par ailleurs maintenu ses prévisions annuelles à l'identique. Sur l'ensemble de l'exercice qui s'achèvera en mars 2019, il espère élever son bénéfice net de 2% à 220 milliards de yens, et ses recettes de 1,1% à 3.800 milliards de yens (29,5 mds EUR).

Les autres constructeurs automobiles japonais à avoir dévoilé leurs résultats, Honda et Mitsubishi Motors, avaient pour leur part déploré un ralentissement du marché aux Etats-Unis et en Chine.

Mais Suzuki est épargné car il ne vend plus de voitures dans ces deux pays. Il avait annoncé en septembre sa décision de se désengager de la Chine, où ses petites voitures ne font pas recette, préférant concentrer ses efforts sur son marché phare qu'est l'Inde. (awp)






 
 

AGEFI



...