Sunrise fait mieux que prévu en 2019, après l'échec du rachat d'UPC

jeudi, 27.02.2020

L'impact de l'échec de la tentative de rapprochement de Sunrise avec le câblo-opérateur diversifié UPC s'est avéré moindre qu'attendu.

Le chiffre d'affaires s'est établi à 1,89 milliard de francs, détaille le compte-rendu annuel diffusé jeudi.(Keystone)

L'opérateur de télécommunications Sunrise a vu son bénéfice net élagué de près de moitié l'an dernier à 56 millions de francs, mais l'impact de l'échec de sa tentative de rapprochement avec le câblo-opérateur diversifié UPC s'est avéré moindre qu'attendu. Le conseil d'administration proposera aux actionnaires un dividende amélioré de 20 centimes à 4,40 francs.

Sur le plan opérationnel, la modeste poussée de croissance d'un demi-point de pourcentage n'a pas empêché le groupe zurichois d'étoffer son excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté de plus de 11% à 668 millions de francs. Le chiffre d'affaires s'est, lui, établi à 1,89 milliard de francs, détaille le compte-rendu annuel diffusé jeudi.

Les analystes consultés par AWP plafonnaient les recettes à 1,87 milliard. L'Ebitda ajusté ne devait pas dépasser 666 millions et le bénéfice net était en moyenne attendu à 32 millions. Les observateurs avaient vu tout juste pour la rémunération des actionnaires.

La direction reconduit sa feuille de route pour l'exercice en cours, comprenant des revenus de 1,875 à 1,915 milliard de francs et un Ebitda ajusté de 675 à 690 millions. L'enveloppe dédiée au déploiement de la technologie 5G comprend 130 à 150 millions de francs.

Conditionné à la concrétisation de ces ambitions, le dividende au titre de 2020 devrait s'établir entre 4,55 et 4,65 francs par action.

Vaste remaniement en vue au conseil d'administration

Sunrise communication prévoit de renouveler la moitié de son conseil d'administration, à commencer par la présidence, lors de sa prochaine assemblée générale agendée au 8 avril. Thomas Meyer, patron d'Accenture Switzerland, sera ainsi appelé à remplacer Peter Kurer - qui prendra sa retraite - à la tête de l'organe de surveillance.

Peter Kurer avait déjà annoncé début janvier son intention de ne plus briguer de nouveau mandat, s'estimant trop âgé pour assumer des fonctions importantes au sein d'un grand groupe.

Thomas Karlovits, Sonja Stirnimann et Henriette Wendt seront de leur côté proposés pour succéder à Peter Schöpfer, Robin Bienenstock, ainsi que Jesper Ovesen, énumère jeudi l'invitation au grand raout annuel des actionnaires de l'opérateur de télécommunications.

L'échec en fin d'année dernière du rapprochement avec UPC avait déjà sonné le glas du mandat d'Olaf Swantee à la tête de l'entreprise. Son directeur financier André Krause a depuis repris le flambeau, cédant, lui, son ancien fauteuil à Uwe Schiller.(awp)






 
 

AGEFI



...