L’abyssale sous-performance des fonds actifs

mardi, 16.04.2019

Suisse. Près de 90% des fonds gérés activement et spécialisés dans les actions suisses sous-performent leur indice de référence sur un an comme sur dix.

Levi-Sergio Mutemba

Les fonds gérés de façon active et spécialisés dans les actions suisses continuent d’afficher une nette sous-performance par rapport au benchmark S&P Switzerland BMI. Ce aussi bien sur le court que le long terme. La fiche de performance semestrielle S&P Indices Versus Active Funds (SPIVA) Europe Scorecard montre que 88% d’entre eux ont enregistré une performance inférieure à l’indice précité en 2018. Sur une période de dix ans, ils sont 73% à sous-performer leur benchmark suisse.

Fort taux de mortalité des fonds dans toute l’Europe

«Au 31 décembre 2018, les fonds actifs investis dans les actions suisses ont affiché un rendement relatif pondéré des actifs inférieur de 4,7% par rapport à l’indice S&P Switzerland BMI et de 0,1% sur une période de dix ans», soulignent les auteurs du rapport. Qui précisent que pondérer les rendements en fonction des actifs mitige l’influence des nombreux fonds de petite taille et permet d’obtenir le reflet de la performance d’un investisseur moyen.

La sous-performance des fonds d’actions suisses par rapport à leur indice de référence en 2018 est en ligne avec ce qui s’observe depuis la Grande Crise Financière sur l’ensemble du marché européen des fonds de placement activement gérés. Elle coïncide également avec les importants retraits de capitaux observés sur cette période et tout particulièrement vers la fin de l’année, lorsque le S&P Europe 350 Index avait terminé en baisse de 9,90%.

Les analystes de S&P Dow Jones Indices, Andrew Innes et Andrew Cairns, remarquent ainsi que 86% des fonds actifs spécialisés dans les actions européennes (libellées en euros) ont sous-performé le S&P Europe 350 l’année dernière. Sur une base pondérée des actifs, les fonds paneuropéens actifs affichent une perte d’environ 13,5% sur cette période.

Des 23 catégories de fonds actifs analysés par S&P Dow Jones Indices, seuls les fonds actions actifs du marché espagnol sont parvenus à «légèrement» surperformer leur benchmark. Et la tendance est pratiquement la même sur un horizon de long terme, 65% à 98% des gérants européens, en fonction de la catégorie de fonds, n’étant pas parvenus à battre leur référence au cours des dix dernières années écoulées à fin décembre.

Les analystes du provider d’indices ajoutent que sur les 1376 fonds actifs domiciliés en Europe, mais investis dans les actions globales, «seuls 21 d’entre eux ont survécu et surperformé» sur une période de dix ans. De même pour les fonds domiciliés en Europe mais classés dans la catégorie Actions des Marchés Émergents, où seulement cinq des 239 fonds ont survécu et battu leur benchmark sur cette période. Sur les 437 fonds européens d’actions américaines, ils sont 11 gérants au total à avoir surperformé leur benchmark.

Encore plus de perdants qu’en 2017

Le taux de succès relativement plus élevé des fonds d’actions cotées aux États-Unis s’explique en partie par les effets positifs du taux de change par rapport au dollar, le billet vert s’étant apprécié de façon notable l’an dernier, notamment sous l’effet de la politique monétaire restrictive de la Fed. Publié la veille, le rapport de Lyxor, Analyzing Active & Passive Fund Performance: What 2018 Results Tell Us About Portfolio Construction, ne dit pas autre chose sur la situation difficile que traverse l’ensemble des managers de fonds de placement (actions et obligataires).

Le spécialiste européen de la gestion d’actifs explique en effet que ceux-ci ont été «plus nombreux que d’habitude» à avoir sous-performé leur indice de référence. Que seuls 24% affichent une surperformance en 2018, un résultat «largement inférieur» aux 48% enregistrés en 2017 et à la moyenne annuelle de 36% sur 10 ans. Ainsi, 2018 a été «l’un des pires millésimes en plus de dix ans», soulignent Marlene Hassine Konqui, Responsable de la recherche ETF, et Jean-Baptiste Berthon, Stratégiste senior multi-actifs chez Lyxor Asset Management.

Dans le segment Actions, seulement 27% des gérants ont surperformé leur indice de référence l’an dernier. Les gérants obligataires actifs «ont fait pire», seuls 18% d’entre eux ayant «tiré leur épingle du jeu», poursuivent les experts de Lyxor. Qui ajoutent que certains gérants actifs n’ont pas correctement anticipé l’inversion du cycle de crédit pas plus que l’évolution des taux d’intérêt dans l’ensemble.






 
 

AGEFI



...